Plaisir Coupable – Brutal Doom

Alors que j’écrivais un article qui arrivera après celui-ci, je m’étonnais de ne pas avoir encore parlé de Brutal Doom. Et comment dire… Ca fait depuis 4 ans que j’adore ce jeu.

Ou plutôt, devais-je dire ce mod. Qui a très probablement inspiré le DOOM sorti en 2016. Mais pour expliquer pourquoi j’adore ce jeu, revenons en détail sur ce qu’il apporte à Doom et Doom II, sortis respectivement en 1993 et 1994.

RIPANDTEARIPANDTEARIPANDTEAR

Brutal Doom, c’est un mod que l’on doit à Sergent_Mark_IV, un passionné du jeu d’id Software qui s’est mis à développer un mod « modernisant » le jeu. Comprenez par là qu’il ne s’agit pas d’une refonte graphique, mais de plein de modifications de gameplay rendant le jeu plus rapide, nerveux, violent, et accessible à un nouveau public, pas habitué un jeu qui se jouait à une époque où la visée se gérait au clavier.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que DOOM est ultra jouissif avec ce mod. Quand on attendait le reboot de 2016 (qui a emprunté les Glory Kills de ce mod, tout comme il a dû influencer le développement), Brutal Doom était comme une renaissance, une nouvelle façon de découvrir le jeu d’époque, et ce fut mon cas. Je suis plus de l’école Unreal Tournament, qui m’a d’abord attiré par l’aspect FPS et gros flingues de l’épisode 2004 (avec le mode Onslaught et ses cartes ouvertes à véhicules qui m’ont rappelé Halo), et me mettre à Doom avec ce mod fut purement fantastique.

Fonctionnant avec des programmes comme GZDoom ou Zandronum (que j’utilise), nécessitant quelques touches à mapper désactiver le rechargement des armes, et affecter les boutons latéraux de la souris pour mettre des coups de pied et faire des doigts d’honneur ; Brutal Doom s’installe assez vite et facilement sur votre ordinateur, et ne demandra au final que les .WAD originaux de Doom et Doom 2 (La Final Doom collection réunit lesdits fichiers) et en avant.

Il est aussi possible d’ajouter des mods « optionnels » a Brutal Doom, comme une refonte de la Bande-Son, bien métal (et cohérente) a souhait.

Compatible avec n’importe quel .WAD personnalisé nécessitant Doom ou Doom II, Brutal Doom est un plaisir peu gourmand en ressources, très configurable, fun en solo comme en multijoueur. Pour peu qu’on aime les jeux de tir très rapides, outrageusement gores et avec des armes au feeling démentiel, c’est à essayer. J’intime même les gens qui ont adoré DOOM 2016 et attendant la suite de pied ferme d’installer de ce pas le mod et d’y jouer si ce n’est pas déjà fait. Et puis, même si vous ne l’avez pas fait.

Et encore, il pourrait aller plus vite. Et augmenter la quantité de sang que laissent les ennemis.

Brutal Doom, c’est replacer Doom comme mètre étalon du FPS, créateur d’un genre tout entier. C’est redorer le blason d’un jeu culte, en le rendant plus attractif que jamais. Et c’est nous rappeler d’une époque qui revient petit à petit de jeux des années 90, sans Quick Time Events, DLC imposés qui segmentent le contenu d’un jeu, de points d’expérience ou que sais-je. La victoire se gagne au skill, aux tirs bien placés, et aux réflexes décisifs du joueur.

Disponible à l’adresse suivante, le mod a connu quelques variations apportées par des utilisateurs qui se servent de Brutal Doom comme base. Certains apportent des « add-ons » a celui-ci, d’autres le modifient dans le contenu (comme par exemple Project Brutality, qui pousse jusqu’au bout la quantité d’armes, violence, ennemis). Toujours est-il que le mod remporte depuis quelques années des récompenses comme meilleur mod de l’année, et ce n’est pas volé. Actualisé chaque année (même si la version 21 semble être la dernière pour un bout de temps), c’est un plaisir infernal qu’il serait dommage de ne pas goûter.

Publicités