Comics – Descender

Quand on pense « comics », on ne pense pas forcément à de la Science-Fiction, mais plus à des trucs de super-héros. Toutefois, il arrive que d’autres genres se retrouvent dans ce format, et c’est chez Urban (dans sa collection Indies) que l’on trouve Descender, une histoire en six tomes signée Jeff Lemire (Sweet Tooth, Valiant) et Dustin Nguyen (Wildcats, Little Gotham), parlant à la fois de science-fiction, mais également de rapport entre espèces organiques et robots.

Dans une galaxie où plusieurs races se sont unifiées au sein du Conglomérat Galactique Unifié pour prospérer en une seule société stellaire, une menace nommée « Les Moissonneurs » à ravagé une grande partie de la population, qui n’a pas su résister à des gigantesques robots surpuissants qui ont laissé le CGU exsangue. Dix ans ont passé, et les robots sont devenus illégaux, condamnés à une mort certaine lors de pogroms, ou chassés par des chasseurs de primes nommés Liquidateurs. Toutefois, sur une petite colonie minière abandonnée, un enfant-robot sort de son sommeil. Nommé Tim-21, cet enfant découvre avec horreur cette nouvelle société, même s’il est loin d’imaginer l’importance de sa personne…

Si l’histoire vous rappelle Mass Effect et un peu Blade Runner vous semble un peu déjà vue, c’est le cas. Le schéma de base de l’histoire rappelle volontiers une licence bien connue du Studio Bioware où notre personnage devra empêcher une nouvelle apocalypse causée par une ancienne race de machines….dont la décision finale se fera en présence d’une I.A ayant pris forme d’un enfant.

Cela peut dérouter, mais Descender possède quand même quelques qualités en dehors de cette inspiration marquée qui (moi y compris) peut donner une impression de redite.

Tout d’abord, un style visuel nommé Dustin Nguyen, faisant penser à un rendu en aquarelle assez coloré et « pur », avec beaucoup de décors futuristes très éthérés, pleins de couleurs claires rappellant la technologie et l’apogée de sociétés organiques. Bien évidemment, l’inverse est également présent, avec des mondes sombres et inhospitaliers, sur lesquels nos personnages vivent cette grande course contre la montre.

C’est d’ailleurs une galerie de personnages développés qui nous est proposée, avec plusieurs factions en présence, qui nous font véritablement douter du bien fondé de chacun d’entre eux. Chaque camp possède une bonne raison de récupérer Tim-21, et chaque personne voit dans les Moissonneurs / le CGU / les robots un intérêt différent.

L’histoire est menée tambour battant, en expliquant à chaque fois avec un petit encadré la planète où se déroule l’action, et une brève description de celle ci. Nos personnages, souvent réunis ou séparés, vivront des intrigues croisées qui réussissent l’exploit de ne pas être indigestes : Mieux encore, elles arrivent à développer encore plus l’univers et la réflexion sur les machines.

En tout cas, en six tomes, Descender fut un comic assez intéressant et prenant à lire. Je ne serais pas aussi exstatique car la ressemblance avec la trilogie Mass Effect est assez voyante, et que Blade Runner (et sa suite 2049) ont davantage poussé la réflexion entre humain et machine, tout comme d’autres avec lui (au hasard, Ghost In The Shell avec le Puppet Master). Toutefois, si la science-fiction et la coexistence entre organiques et machines sont votre tasse de thé, il y a des chances que Descender vous plaise.

Par contre, la suite annoncée (qui partirait sur du médiéval-futuriste) est ajoutée de manière un peu maladroite et saugrenue, dans les deux derniers tomes où un personnage échoue sur une planète encore assez primitive. Mais outre cela, Descender reste quand même un comics très cool, dont les tomes sont pas vendu très chers à l’unité comparés à d’autres.


Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s