Test – Deadbolt

3523a668385cc1e9ef1a58d2d9dd7bde246f623688db3897a3e13f1841f15f95

Hotline Miami. L’une des premières reviews que j’ai fait à l’écrit. Un jeu qui possède une certaine importance dans ma vie. Et qui n’est pas resté incognito. Beaucoup ont essayé de faire comme lui, mais peu ont réussi à faire cette ambiance particulière. Toutefois, les créateurs de Risk of Rain ont accouché d’un petit jeu dans la même veine, avec moins de scénario mais toujours le même but : Faire place nette, avec toutes les armes que vous trouverez. Et pas besoin d’avoir des remords : vos cibles sont déjà mortes.

 

Knock Knock. « Who’s there ? » « Death. »

 

En effet, Deadbolt nous met dans la peau d’un nettoyeur, qui n’est autre qu’un agent de la Mort elle-même. Votre mission est de nettoyer les quartiers des gangs de zombies qui squattent des immeubles pour développer des drogues et zoner. Chaque mission vous est dictée par quelques phrases sur l’ordinateur de votre personnage, une fois rentré chez lui le temps de siroter un bon verre au coin du feu.

Une fois en jeu, on pourrait comparer ça à un Hotline Miami à la verticale, bien qu’il s’inspire beaucoup plus de ce dernier. Ici, on peut avoir une carte de l’ensemble du bâtiment qu’il suffira de « nettoyer » en liquidant chaque être mort-vivant qui y réside. Pour cela, vous pourrez prendre les armes laissées par les ennemis ou traînant ça et là ; Autrement, votre personnage dispose d’une palette d’armes à débloquer, après avoir été achetées au préalable auprès de Charon entre chaque mission.

PREVIEW_SCREENSHOT7_162284

Une fois votre matériel récupéré à l’arrière de votre voiture, il est temps de passer à l’action. Et Deadbolt frappe par son minimalisme et son game design en général. Moins rapide que Hotline Miami, le jeu laisse plus de temps au joueur pour préparer son approche. Casser les lampes, jouer avec les interrupteurs, se servir des conduits d’aération pour faire des attaques surprises…Ce parti pris désarçonne un peu quand on est habitué à un jeu plus rapide et faisant la part belle aux réflexes, mais Deadbolt n’en est pas moins intéressant pour autant.

Sur le plan visuel, Deadbolt dispose du même traitement que Risk of Rain des mêmes créateurs, à savoir un jeu au visuel en pixel-art, de petite taille mais assez détaillé, même si le jeu aurait gagné à être moins dépouillé, et gagner plus de détails dans ses décors de mission.

ss_0c897f3e5f675e2192f450d079e7582fc1751256.1920x1080

On peut le pardonner à Risk of Rain qui est censé se dérouler sur des planètes même si les niveaux intermédiaires / niveaux de fin avaient bien plus d’éléments visuels sans que ceux-ci gâchent la lisibilité du jeu. Deadbolt, qui est plus calme, n’aurait pas perdu de sa superbe en étant plus travaillé sur ce point.

Musicalement, on dispose également du même compositeur que Risk of Rain, à savoir Chris Christodoulou qui signe une bande son d’ambiance, peu nerveuse, des morceaux de « chill » qui nous motivent à exécuter notre boulot de manière détendue. Toutefois, je ne suis pas très client de la bande-son, mais toujours est-il que cela rajoute au côté méthodique et posé du jeu.

OZrINI0

Pour la durée de vie, elle est assez courte. Comptez une petite quinzaine de niveaux environ que vous pourrez faire en moins de 3-4 heures. Un éditeur de niveau est disponible sur PC, et un New Game + se débloque une fois le jeu complété, en sachant qu’il vous faudra bien ça pour acheter toutes les armes. Le jeu ne dispose en outre d’aucun mode multijoueur ou de DLC.

Hotline Purgatory

 

Deadbolt, qui est généralement vendu a un petit prix n’excédant pas 12 euros, est vraiment un bon petit jeu sympa, sorte de Hotline Miami (je vous ai dit que j’adorais ce jeu ?) plus calme, stratégique, même si l’IA peut parfois agir bizarrement (ou de manière à être dure à abattre) et que la direction artistique, témoin de la naissance du jeu pensé au départ pour une GameJam, n’aurait pas rechignée à être plus fouillée visuellement. Mais si le minimalisme visuel, la musique reposante sur fond de meurtres en série, et le rififi de l’au-delà ne vous posent aucun souci, jetez y un œil.

Publicités

Un commentaire sur « Test – Deadbolt »

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s