Test – Mark Of the Ninja Remastered

1537879211-8156-card

Une fois n’est pas coutume, je vais commencer ce petit test par une fable moderne. Une fable qui prend vie par une sombre nuit dans une mégalopole bardée de gratte-ciels. A l’intérieur de l’un d’entre eux, Bobby scrute le corridor, l’oeil vif et le fusil prêt à tirer. Son patron l’a mis en garde contre une menace. Pourtant, Bobby n’est pas du genre à craindre les petites frappes. Mais son patron ne l’a pas informé de la menace imminente. Alors qu’il se demandait quelle sorte de risque pouvait mettre son patron dans une telle paranoïa, Bobby sentait son corps s’arrêter. S’immobiliser. S’effondrer. Et dans un silence de mort, une ombre continue sa mission, pour sauver son clan, peu importe combien de Bobby devront tomber ce soir.

 

Embrace the Bushido

 

Mark Of The Ninja Remastered est donc, comme son nom l’indique, un jeu nous faisant incarner un Ninja, un guerrier de l’ombre dont les maîtres mots sont furtivité et ruse. Saboteur, Assassin, Eclaireur, telles sont les étiquettes qui furent collés à ces hommes et femmes nés pour servir au sein d’un clan, comme le clan Hisomu qui vous sert de maison et qui est attaqué par une corporation militaire occidentale nommé Hessian. Et afin de venger l’honneur de votre clan, vous êtes envoyé pour sauver vos frères et soeurs d’armes et mettre fin à l’existence des têtes pensantes de la société.

Toutefois, votre statut au sein du clan est celui d’un maudit, à cause du tatouage Irezumi qui orne votre corps et qui possède une légende macabre. Composé d’une encre obtenue par une fleur du désert, elle pousserait la force et la soif de sang de son porteur jusqu’à la folie…et le suicide rituel.

Mark Of The Ninja est sorti à la base sur Xbox Live Arcade et PC en 2012. Développé par Klei, les gens derrière Don’t Starve et Oxygen Not Included, il se paie aujourd’hui un remake avec des graphismes lissés et repensés pour la 4K, un son surround, un new game + et un DLC avec une histoire annexe. C’est donc sur cette version, testée sur Switch, que le test portera.

442795-mark-of-the-ninja-remastered-screenshot

Et déjà, première chose qui saute au jeu dès le tutorial, c’est que le gameplay action-plateforme s’annonce riche, ne serait-ce que par les possibilités laissés à notre personnage. Se déplacer sur les murs, utiliser des conduits d’aération, utiliser un filin pour s’agripper, pouvoir stopper le temps pour envoyer des kunaïs non-létaux et divers objets…Le personnage s’appréhende très vite, avec les touches affichées en haut à droite de l’écran façon Assassin’s Creed pour nous rappeler les actions.

Une fois le tutorial passé, on nous lance dans des grands niveaux regorgeant de gardes (qui évolueront au fil de l’histoire), de distractions possibles, de pièges pour nous rendre la vie dure (Caméras, Lasers et j’en passe…) et l’on commence à saisir les possibilités du jeu, qui nous sont à demi mot dictées par les objectifs secondaires du jeu. Il est tout à fait possible de finir Mark On The Ninja sans tuer qui que ce soit, ni déclencher aucune alarme. Tout comme il est possible de massacrer tout le monde. Toutefois, un ninja étant peu protégé, il vous faudra privilégier l’infiltration.

C’est d’ailleurs par la réalisation de ces objectifs, tout comme votre résultat de fin de mission (qui tient compte des alarmes déclenchées, des gens tués ou non) que dépendront vos récompenses glanées, sous forme de sceaux à dépenser ensuite dans un tableau de compétences comprenant, entre autres, de nouveaux coups (pouvoir assassiner depuis une plaque d’égout, au dessus de l’ennemi..) ou de nouveaux gadgets (mines, fumigènes…). A noter que certains sceaux pourront débloquer de nouvelles tenues favorisant de nouvelles approches.

442796-mark-of-the-ninja-remastered-screenshot

Sur le plan musical et graphique, l’ambiance sonore est très prenante, a la fois discrète et pleine de tension, tout comme la vie d’un ninja. A la façon d’un Hitman, la musique monte en intensité quand la situation vous échappe, auquel cas elle reste assez silencieuse mais présente pour participer à vos exactions.

Sur le plan visuel, le jeu à une patte visuelle magnifique. Le rendu fait parfois penser à Samurai Jack, mais avec plus de détails. En tout cas, le jeu est très bien animé, et les décors sont détaillés sans être surchargés. L’action reste constamment lisible, tout comme les champs de vision des gardes et autres pièges, avec des codes couleur simples.

Mark-of-the-Ninja

Au niveau de la durée de vie, comptez pour une première run un peu plus de 6 heures pour l’histoire principale. Car oui, Mark Of The Ninja Remastered comprend non seulement un new-game plus, qui vous permettra d’obtenir tous les sceaux (objectifs) de chaque mission, les collectibles à récupérer dans des défis cachés, mais également le DLC consacré à Dosan, le tatoueur (et ancien) de votre clan, lors de sa jeunesse (et également des commentaires des devs sur les niveaux, car leur générosité est sans limite).

Le jeu étant par contre basé sur de l’infiltration et la quête de la mission la plus furtive possible, aucun multijoueur n’est présent.

 

Enter The Ninja

 

Mark Of The Ninja est un pur plaisir. Par recommandation, j’ai pris ce jeu et ce fut un bonheur à jouer, une sorte de mix improbable entre tout ce qui se fait de bon en infiltration et passé à la sauce 2D avec beaucoup de décors sombres et de Ninjatos utilisés pour se débarrasser des nuisibles. A un prix relativement honnête, avec une difficulté qui n’est pas insurmontable pour quiconque rentre dans le jeu de la furtivité, Mark of the Ninja est beau, bien pensé, et assez accrocheur pour vous rendre fidèle à son clan.

Publicités

Un commentaire sur « Test – Mark Of the Ninja Remastered »

Répondre à AlexWilliam Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s