Test – Wario Ware Gold

le-vilain-wario-revient-sur-nintendo-avec-le-jeu-warioware-gold

Ah, les Wario Ware, quelle drôle d’expérience. Depuis le tout premier volet sur Game Boy Advance, où le concept était simple mais frénétique : On enchaîne des mini-jeux en série sur un thème, avec seulement une phrase pour le finir. Quelques secondes suffisent pour en compléter un, et au suivant. Plusieurs épisodes plus tard, l’épisode « compilation » sort sur 3DS (sans compter des mini jeux de Wario Ware D.I.Y, mon favori), mais qu’en est il ?

 

Welcome to the shining diamond city

 

Wario, encore une fois, veut être riche. C’est pour ça qu’il invite tout le monde à un tournoi de mini-jeux avec un coût d’entrée élevé histoire d’arnaquer tous les participants…ainsi que ses amis, qui vont faire des mini-jeux pour lui.

WarioWare-Gold-18072018-image-1

Outre le fait de retrouver les protagonistes des différents jeux (La famille de 9-Volt, Orbulon, Dr. Crygor, Jimmy…), les mini jeux se répartissent en plusieurs catégories : Ceux avec boutons, ceux au gyroscope, ceux qui se jouent au tactile, et ceux qui jouent avec le micro. 4 vies, on enchaîne les mini-jeux : En gagner un nous fait monter de niveau, échouer nous fait continuer la partie avec une vie en moins. Si on les perd toutes : Game over.

Et force est de constater que…..ca marche toujours bien, en fait. 300 mini-jeux composent cette cartouche, répartis dans les catégories avec chaque personnage disposant d’un thème (fantastique, Nintendo, Vie courante…) et d’un gameplay propre. Il suffira donc de finir tous les personnages en mode scénario (4×3 personnages, auxquels on rajoute les 2 derniers mini championnats mix et le final avec Wario) pour compléter le jeu.

Je reviendrai plus tard sur ce mode scénario, et je ne m’attarde pas sur tous les mini-jeux, repris des versions précédents avec des gameplays adaptés pour certains (qui passent en tactile ou en gyroscope, parfois ; d’autres sont re-dessinés) mais c’est instantané, c’est du réflexe, et c’est toujours évident dès les premiers dixièmes de seconde.

WarioWareGold_3DS_Test_001
Toi aussi, repousse les témoins de Jéhovah

Outre ces mini jeux qui nous donnent des pièces d’or, un mode « missions » sera l’équivalent des achievements pour obtenir des récompenses, un mode libre permet de refaire les mini-jeux de chaque personnage, et un autre mode, appelé « souvenirs », va attirer notre attention.

Non seulement celui-ci permet de débloquer des mini-jeux distincts (Citrouilles d’Ashley, Pyoyo l’oiseau qui chope les fruits avec sa langue), mais plein d’autres trucs (Cinématiques, objets Nintendo, fausses cartes à jouer), et même une option doublages pour refaire les doublages des cut-scenes du jeu. A vous de doubler Wario en Mozinor. Et tous ces petits éléments se débloquent avec une machine style gashapon, grâce aux pièces glanées en jouant aux mini-jeux.

Pour la musique et les graphismes, ceux-ci sont lisses et adaptés à ce nouveau support. Le jeu est très agréable à regarder, et même si les musiques ne sont pas exceptionnelles, le jeu est déjà un tel bordel mélangeant tellement de mini-jeux qu’assurer une cohérence est -a priori- difficile…mais non. Cela fait partie du bazar ambiant de Wario et ses amis, qui ont tous un doublage français sympathique.

CI_3DS_WarioWareGold_07_image500w

Au niveau de la durée de vie, j’ai complété le mode scénario en deux heures. La faute au jeu qui, pour la première où l’on fait un personnage, le boss est au niveau 7 contre 12/14 pour les anciens Wario Ware. Cela va donc plus vite, on débloque plus facilement les personnages pour y retourner ensuite, et la fréquence des boss revient du coup à la normale (Vers le niveau 14). Mais bien sûr, cela prendra bien plus de temps pour finir toutes les missions et débloquer tous les objets.

Pour le multi-joueur, un mode à 2 joueurs est prévu, permettant de s’affronter sur des mini-jeux. Les amiibo fonctionnent aussi avec un objet à débloquer où Wario dessine l’amiibo que vous lui scannez (personnage Nintendo).

 

Is this a Gold Experience….?

 

Wario Ware Gold sera un achat assez dispensable à plein tarif pour quiconque à déjà joué à plusieurs volets de la série. Pour les autres, c’est l’occasion de découvrir une bizarrerie remplie de pleins de morceaux de fun plus ou moins absurde, qui s’enchaînent sans temps mort et de manière addictive. Différent de Work Time Fun (PSP) avec un côté drôle et scoring sans contrainte, Wario Ware Gold effectue le dernier tout de piste sans forcer…ni même intégrer Wario Ware D.I.Y, ce qui est très dommage.

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s