Test – Gravel

header

J’aime beaucoup le genre de la course automobile. Alors qu’actuellement, DiRT Rally et Project Cars 2 remplissent haut la main mes envies de simulation auto, mais j’ai parfois envie d’un truc plus léger. Alors que les DiRT dans la veine du 2 et 3 n’existent plus vraiment, et que Codemasters travaille sur OnRush, c’est chez Milestone, studio italien derrière certains jeux à licence du championnat du monde des Rallyes et de Motocross qu’on va aujourd’hui. Ca s’appelle Gravel, et sorti d’un Sebastien Loeb Rally Evo mal optimisé et banal…c’est pas du luxe.

 

Boléro de Gravel

 

Gravel n’a pas de scénario. Enfin, si. Un mix entre DiRT 2 et Need For Speed Prostreet. En gros, une chaîne de télé appelée Gravel Live organise les Off-Road Masters, sorte de championnat réunissant 4 grandes disciplines qui ont chacun leur champion, avec un champion ultime à la fin.

Et c’est dans toutes ces épreuves qu’on va s’illustrer. C’est généralement du Rallye Cross (course sur circuit tout terrain ou asphalte, en environnement ouvert ou fermé type stade) ou de grandes courses d’un point A à un point B. Pour cela, bon nombre de véhicules sont disponibles, allant de 4×4 et des trophy trucks à des voitures de rallye réparties sur plusieurs classes. Et d’ailleurs, la sélection est plutôt correcte.

Gravel-Game-018

Le jeu possède une maniabilité prenant entre l’arcade et la simulation. C’est un peu comme Sebastien Loeb Rallye Evo, mais en beaucoup moins rigide et avec plus de sensations. Ca reste très accessible, malgré des options de réglages de véhicule minimalistes, et ça se laisse jouer. Y’a une fonction rewind pour ceux qui veulent revenir en arrière sur une erreur de conduite, sans malus sur le résultat final. Et bien évidemment, la difficulté est réglable, et j’intime les joueurs à bidouiller celle-ci surtout s’ils sont déjà habitués à ce genre de jeu. L’intelligence artificielle provoque parfois des accidents même si elle reste généralement sage, mais cela ajoute un peu au dynamisme du jeu.

Ce dynamisme, parlons en. Si l’on exclut les tracés du Championnat du Monde de Rallye Cross qui sont présents (Lohéac, Hell…), les tracés imaginés par Milestone sont très variés, et imaginatifs. Des courses sur des dunes de sable, en bord de mer, dans une carrière à ciel ouvert ou en montagne, le jeu possède une variété d’environnements, avec parfois une certaine folie dans des tracés qui se coltinent des rampes de saut et des dénivelés rappelant un peu MotorStorm. J’ai beaucoup apprécié ce point, surtout que le mode Course Libre permet de jouer n’importe quel tracé avec n’importe quel véhicule, pour peu qu’il soit débloqué en carrière.

gravel-pc-ps4-xone-b39ae58a

Visuellement, le jeu tourne sous l’Unreal Engine 4, mais les modèles pourraient être encore plus détaillés. Les environnements sont parfois un peu vides, mais cela est compensé par les tracés proposés. Et à ce propos, on sent que Milestone s’inspire (un peu trop) de DiRT avec des effets pyrotechniques lors de certaines bosses ou passages de tour, ainsi que les mêmes plans de caméra quand on finit une course. Toutefois, les effets de salissure et d’eau auraient gagné à être plus détailles et présents, car les voitures restent encore un peu trop propres après une course. Même chose pour les dégâts.

Musicalement, les sons de moteur sont convaincants, les musiques sont assez passe-partout (toujours dans un simili DiRT avec du rock), et le sound design fait le taf. Par contre, les acteurs présents pour jouer les « boss » des disciplines sont moyennement convaincants (à la limite du nanar), et la voix off qui sert de commentateur me rappelle, dans son timbre de voix, Ron Jeremy dans l’album Pornosonic. Et j’en profite pour vous le recommander si vous aimez la funk et les films de boules des années 70 qui ne traitent pas de la pétanque.

gravel-videogame04

Le jeu comprend un mode multijoueur classique surtout Online avec des leaderboards et des sessions réglables en multi. Au niveau des DLC, un season pass et des packs sont déjà prévus, rajoutant quelques tracés et voitures à un contenu de jeu qui est déjà honnête, mais peut être un peu cher.

 

DiRT Double A Edition

 

Gravel, c’est un calque de DiRT qui s’assume plus ou moins. C’est pas le jeu de course de l’année, mais c’est assez divertissant et ça se laisse jouer, mais peut-être pas à plein tarif. C’est perfectible, mais ça propose des points intéressants pour y faire quelques tours de roues. Milestone tient ici un projet intéressant en l’absence de DiRT et juste avant qu’OnRush arrive. Peut-être qu’un éditeur de peinture façon Forza, du modding, pouvoir lire sa propre musique en course en bref : Développer un jeu plus ouvert pourrait faire de Gravel une alternative intéressante.

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s