Mangas – Golgo 13

Image 0

Pour peu que vous soyez féru de jeu vidéo, ou que vous suivez un peu l’actualité de ce secteur, vous avez certainement entendu parler d’une licence née du studio Io Interactive et édité par Eidos : Hitman. C’est une licence qui vous permet d’incarner un assassin professionnel nommé 47 dans un jeu d’infiltration où l’objectif est simple : Une ou plusieurs cibles à abattre, de la manière la plus discrète possible, si possible pour la faire passer pour un accident.

Concentrons nous sur l’Agent 47. Asocial, intéressé que par ses contrats, sans aucune once d’humanité malgré les deux adaptations au cinéma qui ont tenté de l’humaniser, il est l’exemple même d’une machine à tuer implacable qui saura toujours surprendre aussi bien sa cible que le spectateur. Mais l’Agent 47 possède un alter-ego dans l’animation japonaise et le manga. Tout aussi professionnel, évitant autant que possible d’abattre d’autres personnes que sa cible, et qui est plus humain et attiré par la gente féminine que celui-ci.

Image 4

C’est cet homme qui nous intéresse aujourd’hui. Duke Togo, alias Golgo 13, est l’un des assassins les plus connus du monde du manga, et il est pertinent de comparer celui-ci à l’Agent 47 des Hitman : Si les deux hommes ont une préférence pour les fusils de précision, Duke Togo est souvent moins discret et n’hésite pas à s’opposer frontalement à ses cibles ainsi qu’a ceux qui le doublent. Golgo 13 est d’un certaine manière le penchant « sexuel » et moins inhumain d’Hitman avec quelques empreints au film noir et à l’action ultraviolente des années 80. C’est de cette comparaison que l’article sur « The Professionnal » démarre, dans un mélange d’argent sale, de poitrines et de chair en extase, et d’action prenante.

 

Un amour de gros calibre

 

Golgo 13 est un manga de type seinen publié pour la première fois en Octobre 1968 dans le magazine Big Comic des éditions Shogakukan, qui est encore publié à ce jour et à permis le lancement de nombreuses autres travaux de mangakas reconnus, comme Osamu Tezuka (Astro Boy), Shotaro Ishinomori (Kamen Rider) et Takao Saito (Golgo 13). Il est d’ailleurs intéressant de noter que Golgo 13 est toujours une série de mangas en activité publiée dans la même maison d’édition depuis plus de 40 ans.

Takao Saito, qui est dorénavant connu pour être le créateur d’un manga disposant du plus vieux début de publication, est en activité depuis 1955, avec son premier manga nommé Baron Air. Décoré de l’Ordre du Soleil Levant par le gouvernement japonais en 2010 pour la longévité de son œuvre, et même s’il n’a pas effectué que du seinen, il continue à faire vivre cette licence auprès de la maison d’édition mentionnée précédemment, et les 45 Ans de Golgo 13 à l’hôtel Impérial de Tokyo ont réuni Taro Aso (Premier Ministre du Japon), ce qui démontre l’importance de la licence et sa longévité.

En plus d’avoir connu à l’heure de l’article 148 volumes publiés, la licence Golgo 13 fut adaptée en deux films live : Le premier nommé sobrement Golgo 13 en 1973, puis une suite en 1977 nommée Golgo 13 : Assignment Kowloon.

Pour les films d’animation, Golgo 13 fut adapté en film d’animation deux fois, avec un titre éponyme en 1983 puis dans une suite intitulée Golgo 13 : Queen Bee en 1998.

Une série télé fut diffusée entre Avril 2008 et Mars 2009 au Japon avec 50 épisodes, et six jeux vidéos sont sortis, depuis le premier jeu sur Sega SG-1000 en 1984 jusqu’au dernier jeu paru sur Nintendo DS en 2009.

Comme si la licence ne disposait pas encore d’assez de produits cross-média témoignant de sa popularité, deux comics books furent publiés en 1989 et 1990 pour promouvoir les jeux vidéo Golgo 13, le fusil M16 à lunette (qui est l’arme fétiche de Duke Togo) fait une apparition dans Alliance Of Valiant Arms (Jeu de tir multijoueur) et fut également répliqué comme fusil d’Airsoft.

 

« Viens presser ma détente »

 

Une des qualités de Golgo 13 est l’histoire, car même si elle dure depuis toutes ces années, elle peut quand même être appréciée dans un ordre assez aléatoire. Il peut y avoir une certaine continuité, mais l’histoire suit surtout les différents contrats qu’exécute Duke Togo. Vous pouvez très bien apprécier les films d’animation puis lire le manga ; Il n’y a pas de « réelle » némésis dans la série, et de trame qui oblige à suivre les histoires passées.

Le nom de code « Golgo 13 » est une référence à la crucifixion de Jésus-Christ : Golgo désigne Golgotha (lieu de la crucifixion), alors que le chiffre 13 représente la mort, ainsi que les 13 apôtres présents lors de La Cène (Le dernier repas de Jésus avec ses proches). Le logo de Golgo 13 est d’ailleurs un squelette avec une couronne d’épines, renforçant la référence à cette scène christique. Ce pseudonyme désigne donc Duke Togo (ou Tadashi Togo, Rodriguez Togo), un homme dont l’âge et le lieu de naissance est inconnu, mais une seule chose le caractérise : C’est actuellement l’assassin le plus efficace et le plus taciturne que le monde ait connu.

Image 2

Pour effectuer ses missions, Golgo 13 opte très souvent pour un fusil de type M16 (qui est un fusil d’assault) qu’il utilise quelquefois pour du tir de précision. Egalement très doué en arts martiaux, sa polyvalence dans les manières de tuer s’accompagne également de nombreuses aides logistiques, qu’il s’agisse de ses contacts pour trouver des informations cruciales sur ses prochaines cibles et d’obtenir du matériel adéquat pour ses contrats. Du fusil de précision jusqu’à la voiture trafiquée, Duke Togo est un véritable James Bond du monde de l’assassinat.

Quitte à mentionner l’espion anglais le moins secret du monde, il y a également une caractéristique que les deux personnages partagent : Les femmes. Duke Togo est un véritable séducteur, et ses aventures sont entrecoupées de véritables scènes érotiques qui font contraste avec les scènes d’action. Si le sexe et la mort sont deux choses intimement liées en philosophie, Duke Togo les mêle avec brio, en utilisant un calibre plus personnel pour des femmes (parfois fatales) souvent montrées seins nus et aux réactions de plaisir très suggestives, sans tourner dans le vulgaire : La grande classe, sans tourner dans la gratuité de la chair et du fan-service racoleur.

golan9

En plein dans le mille

 

Il est difficile d’aborder une œuvre de plus de 40 ans dans son intégralité et dans un article, non seulement car il est difficile de consulter l’ensemble depuis ses débuts au Japon, mais également car ce ne serait pas faire honneur à une telle série. Toutefois, Golgo 13 a très probablement inspiré de nombreux personnages de tueurs à gages modernes tels que 47, John Wick, Léon, et bien d’autres qui vous viendront en tête. Duke Togo est un homme possédant une part d’humanité avec la gent féminine, mais il reste calculateur, concentré sur sa mission et n’hésitera pas à changer ses plans si tout ne se passe pas comme prévu, y compris tuer sa précédente conquête.

C’est d’ailleurs ces changements de situation qui sont récurrents dans Golgo 13 : Même si Duke est confronté généralement à des hauts placés de la société (politiques, notables des services secrets, criminels de haut rang), il arrive que l’envers du décor s’agite et que la situation évolue en dehors de Golgo 13. Des complots, coups montés, ou même des contrats venant en opposition de la mission actuelle sont parfois présents, et Duke doit ruser pour sortir son épingle du jeu et ne pas finir tué par sa cible, ou parfois même ses employeurs.

Image 1

L’intégralité de l’oeuvre est quand même une sorte de « reliquat » des années 70-80, où la pop culture savait donner des scènes très violentes et brutes de décoffrage, de manière parfois assez exagérée dans certains cas. Golgo 13 choisit un rythme parfois haché entre violence, sexe et courtes expositions, mais jamais le spectateur n’a le temps de souffler. L’action laisse place à du sexe et des plot twist qui viendront gêner Duke Togo ; Toutefois, quand il faut faire parler la poudre, le sang coule, les morts ne sont pas censurées, et sans aller dans l’exagération. Golgo 13 se veut d’ailleurs un seinen assez réaliste, aux personnages étoffés et avec des histoires pas forcément prévisibles. Même si certaines histoires n’ont pas été republiées pour certains éléments polémiques (blanchiment d’argent au Vatican, chantage d’un acteur d’Hollywood qui est séropositif), elles se déroulent dans un monde vraisemblable sans tourner à la fête d’hémoglobine et d’action gratuite.

Si la licence Golgo 13 fêtera ses 50 ans en 2018, c’est très clairement pour sa longévité et le fait qu’elle sait nous tenir en haleine à chacune de ses histoires. Duke Togo n’est jamais lancé dans une mission prévisible dont les enjeux sont les mêmes qu’au début. Même si ce schéma peut sembler répétitif, le triptyque suspense / action / sexe arrive à conserver l’intérêt du spectateur du début à la fin, et même si le chômage ne semble pas affecter Duke depuis 1968, nul doute qu’il lui reste encore de nombreux contrats à effectuer, pour notre plus grand plaisir.

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s