Anime – REDLINE (ft. Trava : Fist Planet)

image-1

Bonjour et bienvenue pour un nouvel article écrit par ma plume numérique, qui ne sera pas consacré cette fois au jeu vidéo, mais à un film d’animation que j’apprécie tout particulièrement. Si vous aimez l’animation rapide, léchée et avec un style vraiment propre, alors je vous propose aujourd’hui un article sur un film né du studio d’animation Mad House : Redline.

Mais je ne pourrais pas aborder Redline sans parler de deux choses : Le studio qui en est responsable, et un OVA paru avant celui-ci et se déroulant dans le même univers : Trava : Fist Planet.

madhouse

Mad House est un studio d’animation et de production de contenu audiovisuel fondé en 1972. Il possède en plus de 40 ans d’existence des œuvres animées qui ont connu un certain succès, comme Trigun, Beyblade, Monster, Hunter x Hunter, Death Note, Gunslinger Girl, et récemment l’adaptation de One-Punch Man. Concentrés exclusivement sur l’animation à destination de la télévision ou des cinémas, ils ont également collaboré avec d’autres artistes comme CLAMP (pour Chobits et Cardcaptor Sakura) et Naoki Urasawa.

Je vous recommanderais aussi quelques autres travaux qu’ils ont réalisés en dehors des adaptations et des animés, comme Neo Tokyo (appelé aussi Manie-Manie), le magnifique Paprika, et WXIII : Patlabor 3 si comme moi, les mechas-policiers sont votre truc.

 

 

image-2

Aussi, je voulais parler de Trava : Fist Planet. La raison est toute simple : Le duo de personnages de cet OVA, à savoir Trava et Shinkai, apparaissent dans Redline comme participants de la course.

Dans ce film d’environ 50 minutes, nous suivons les aventures de Trava, ancien militaire se battant avec une exo-armure à réaction, et Shinkai, son ingénieur attitré très introverti qui fait contraste avec l’aspect expansif et taquin de Trava.

trava-fist_planet_oav_1-4_of_4_r-1

Après avoir récupéré une jeune fille amnésique dans une capsule de sauvetage, ils continuent à chercher de l’argent pour entrer dans la Fist Planet, un tournoi d’arts martiaux dont les plus méritants perçoivent une grosse prime de victoire. Mais leur vaisseau se pose sur une planète mystérieuse où des machines de combat autonomes à l’aspect insectoïde vont envahir ce monde.

mikuru

Trava : Fist Planet est un film délirant, nerveux, avec les prémices de ce que sera Redline : Des extraterrestres au look bien prononcé, des angles de caméra assez fous, une animation rapide et sous perfusion d’adrénaline. Et quand, dans leur quête d’argent, notre duo de mercenaires cherche comment se faire assez d’argent pour entrer dans la Fist Planet, ils entendent parler de la Redline. Et c’est là que commencent les choses sérieuses.

Gentlemen, Start your Engines

 

Venons-en maintenant au cœur même de cet article, à savoir Redline. Se déroulant dans un futur où l’anti-gravité, les voyages spatiaux, et les races extraterrestres sont quelque chose d’assez commun, une course à lieu tous les cinq ans, sur différents lieux de la galaxie. De nombreux pilotes y participent pour la gloire, l’argent, et le sentiment d’être un véritable héros si l’on en sort vivant et gagnant : la Redline.

image-3

Hormis l’unique condition qui est de piloter un véhicule majoritairement roulant et non anti-gravité, le film suit donc la compétition actuelle, au moment des demi-finales. Nous sommes introduits à de nombreux concurrents au design varié et disposant parfois d’un petit background, mais l’on retient surtout Sonoshee McLaren, et Sweet J.P.

Alors que la première est une humaine et pilote professionnelle qui ne vit que pour la course depuis son plus jeune âge, Sweet J.P est également humain, et même s’il dispose d’un passé et de liens assez troubles, il est un pilote au naturel dandy assez casse-cou au volant de sa Trans-Am, sorte de Muscle Car disposant d’un système de nitro surpuissant.

exhaust-system-8

Nos deux personnages, concurrents dans cette compétition sans aucune animosité l’un vers l’autre, vont apprendre à se connaître alors qu’ils vont participer à la Redline. Même si l’on suit majoritairement Sweet J.P, tout l’univers de Redline est bel et bien vivant en dehors de J.P, et l’histoire ne se limite pas à nos deux personnages humains, et c’est surtout là l’immense force de Redline. Machine Head, Twin Boins, Trava, Psycho-Man….tellement de pilotes avec tous leur identité propre, qui dépassent le simple cadre du personnage « décor » juste là pour courir.

 

Des moteurs, des filles, un studio de génies : Tels étaient les ingrédients pour faire un bon film d’animation.

 

En effet, Redline aurait pu bêtement se contenter d’expliquer une course avec juste le désir de gagner, un rival, et le combat qui se fait sur la route…mais non. Dans tout cet univers riche qui me fait beaucoup penser à F-Zero par son bestiaire au look science fiction coloré et très particulier, Redline comprend plusieurs intrigues qui se dêmelent au fur et à mesure de l’histoire, sans jamais être laissées en plan, ni propice à des explications gratuites.

image-4

Qu’il s’agisse du passé de Sweet J.P et de ses « relations » troubles avec la pègre, de l’enfance de (la sublime) Sonoshee McLaren, d’une révolte ouvrière éclatant sur le lieu de la Redline, d’un dictateur prêt à tout pour empêcher la Redline et contenir les secrets de Roboworld, TOUT trouve une conclusion logique et définitive à la fin de presque 110 minutes d’animation rapide, le tout servi avec une soundtrack qui est tout aussi rythmée que le film. Mais bon sang, la musique de course (Yellow Line et Redline) passe tellement bien sur n’importe quel jeu vidéo où l’on approche allègrement du Mach 1 en vitesse de croisière.

bkn833z
Cute AND Badass.

Redline, pour résumer, c’est l’enfant illégitime de F-Zero et des Fous du Volant, sous perfusion de taurine dès sa conception, qui à décidé dès les premières minutes d’aller à fond, vous en mettre plein la vue, sans jamais ralentir ni perdre en qualité. Beau, complet, avec une galerie de personnages tout à fait barrés et quelques scènes magnifiques (Le final, et la petite séquence fan-service avec Sonoshee dans ses appartements qui m’a pas laissé de marbre…), Redline vous donnera envie de refaire volontiers le tour du DVD / Blu-Ray, pour apprécier chaque scène.

tumblr_nd076952vj1rydwbvo1_500

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s