Rétrospective – La Série Earth Defense Force

 

Bonjour et bienvenue pour un nouvel article, dédié cette fois à une licence assez particulière, bénéficiant d’une petite notoriété assez isolée, destinée à un public dit « de niche », qui n’est donc pas forcément le public dit « mainstream », et dont ce jeu est aux antipodes mêmes des demandes graphiques et de performance requises pour se faire une place dans les « blockbusters » vidéoludiques.

 

Bien sûr, je vous vois derrière vos claviers. Oui, vous, chers lectrices et lecteurs qui ont cliqué sur cet article par curiosité, car le nom vous disait rien, ou au mieux vaguement quelque chose. Un nom entendu ça ou là, et dont vous n’avez peut-être jamais compris l’intérêt. Et afin de vous introduire au monde merveilleux de Earth Defense Force, laissez moi vous poser quelques questions.

 

Vous aimez les nanars dans la veine de Mega Shark vs Giant Octopus ?

Vous aimez les décors en carton-pâte et les costumes en latex ?

Vous aimez les armes à la cadence de tir débile ?

Vous aimez les personnages rigides et caricaturaux du patriotisme aveugle ?

Vous aimez les ennemis sortis d’un kickstarter pour un film produit par TROMA ou The Asylum ?

….Vous avez le site Nanarland dans vos favoris ?

 

Si vous avez répondu au moins oui à l’un des éléments présents, alors cet article est fait pour vous, et c’est avec une immense joie que je vous présente donc la série des Earth Defense Force, ou « Force de Défense Terrestre » dans nos vertes contrées. Des OVNIS, des insectes géants, et des décors absolument pas soumis aux principes de base d’architecture. Mettez de la musique d’action débilement patriotique, sortez les bières et le DVD de Série Z acheté dans un marchand de journaux : la Terre à besoin de vous.

 

GOD SPEED EDF

 

Même si un jeu nommé Earth Defense Force paru en 1991 sur borne d’arcade nous mettait aux commandes d’un vaisseau, aucun lien n’est à faire avec la licence dont on parle ici.

Earth Defense Force (Ou Chikyû Bōeigun / 地球防衛軍 au Japon) est une série de jeux,  principalement d’action à la troisième personne, développée majoritairement par le studio Sandlot, et dont la sortie est généralement assurée par D3 Publisher.

 

Le principe des jeux Earth Defense Force est généralement le même : Le monde est envahi par les « Ravagers », qui approchent de le terre avec leur armada d’OVNIS. Et outre le design  science-fiction d’une sitcom de chaîne câblée à petit budget, les Ravagers envoient leurs troupes sur Terre. Et ce ne sont pas des petits hommes verts, mais des fourmis, araignées, tarentules géantes, ainsi que des méchas à l’équilibre douteux, des kaijus manchots armés de canons laser et autres réjouissances dignes des Midnight Movies qui attendent le joueur.

 

Mais comment un synopsis pareil, ainsi qu’une jouabilité pareille à pu émerger sur le marché du jeu vidéo ? Eh bien, si j’ai mentionné le studio Sandlot tout à l’heure, qui est assez anonyme dans les noms des studios de développement, sachez qu’ils sont connus pour créer des jeux à la jouabilité particulière. Pour vous donner un exemple de leur folie, ils créent en 2006 pour la Nintendo DS un certain Chōsōjū Mecha MG, un jeu mettant en scène des Mechas « développés depuis des marionettes » qui se pilotent essentiellement sur l’écran tactile.

Y’a aussi Robot Alchemic Drive paru sur Playstation 2 en 2002, où l’on est également dans un jeu d’action avec des mechas. Mais surprise : vous ne pilotez pas le mecha, ou presque ; Votre personnage est à pied, en se baladant avec une télécommande, et il faut switcher entre le pilote et le mecha pour progresser.

 

Et là, c’est Earth Defense Force, jeu où 2-3 roquettes peuvent détruire n’importe quel bâtiment depuis n’importe quel point d’impact, le décor s’écroulant comme un décor en carton et sans aucune collision avec le joueur. C’est également un jeu génial où un humain peut survivre une chute de 300 mètres sans aucun souci, utiliser des lance-roquettes avec 15 munitions par chargeur avec 2 secondes de rechargement.

 

Vous l’aurez compris, Sandlot joue la carte du fun dans toutes ses créations ; Ce n’est pas du blockbuster, ça s’inspire du kaiju et de la série B ou Z, et ça se prend jamais au sérieux. Non vraiment, quand vous verrez des femmes en mini-jupe armées de jetpack repousser une horde de 200 fourmis rouges avec une seule arme, appelez-moi.

 

 

 

 

Cette fois, la petite bête peut manger la grosse.

 

 

 

Le premier épisode, paru en 2000 sur Playstation 2 dans la catégorie des jeux à petit budget de D3 Publisher, se prénommait Simple 2000 Vol. 31: The 地球防衛軍, ou Monster Attack dans sa traduction au formal PAL par Agetec, Inc. L’épisode nous mettait déjà aux prises avec des forces extraterrestres envahissant le monde en 2013.

 

 

 

Le second épisode, Chikyū Bōeigun 2, sortit lui aussi sur Playstation 2 en Europe, sous le nom « Global Defence Force », excepté aux Etats-Unis. Le jeu reprenait la base du premier épisode en étoffant le bestiaire, et en ajoutant la classe des Pale Wings, des femmes armées de canons à énergie et équipées de jetpacks fonctionnant sur une jauge d’énergie commune. Plus rapides et mobiles que les soldats de base, elles disposaient en contrepartie de moins de points de vie.

 

 

 

Le troisième épisode, Earth Defense Force 2017, sortit en 2012 sur Xbox 360 et Playstation Vita. En ajoutant la classe des Pale Wings présente sur l’épisode précédent, le jeu fait aussi le pari d’un multijoueur en ligne en plus de celui présent en local sur Playstation Vita uniquement, qu’il s’agisse d’un mode versus ou Co-Op.

 

 

insect_armageddon

Earth Defense Force : Insect Armageddon est censé être le quatrième jeu de la série, mais il est développé par un studio américain, ce qui change de l’habituel studio Sandlot basé au Japon. L’accueil de ce jeu fut plutôt tiède, car le « fun » des épisodes précédents est revu pour quelque chose d’un peu plus réaliste, moins « cheap » et plus proche d’un simili blockbuster américain. A noter que cet épisode est le premier a être paru sur PC, avec un mode Online coopératif.

 

jaquette-earth-defense-force-2025-xbox-360-cover-avant-g-1396969625

 

Earth Defense Force 2025, quatrième épisode « reconnu » de la série crée par Sandlot, est la suite directe d’EDF 2017, avec une possibilité de jouer avec les personnes n’étant pas sur le serveur de la même région.

Sorti sur Xbox 360 et Playstation 3, EDF 2025 ajoute deux nouvelles classes dans la série : Le Fencer, sorte d’armure massive (imaginez Iron Man avec 20 fois moins de souplesse et sans les jetpacks) pouvant se battre au corps à corps où à l’arme lourde, malgré la lenteur du personnage ; L’Air Support, classe entièrement tournée vers le soutien pouvant commander des frappes aériennes et autres largages tactiques.

 

En attendant Earth Defense Force 5, annoncé au Tokyo Game Show 2016 et prévu pour 2017 sur Playstation 4, Sandlot a effectué deux remakes :

 

 

Tout d’abord, Earth Defense Force 2 : Invaders From Planet Space paru sur Vita en 2015, reprenant le second épisode avec l’ajoute de l’Air support et des missions supplémentaires ;

 

earth_defense_force_4-1_shadow_new_despair_ps4x1024

Ensuite, Earth Defense Force 4.1 : The Shadow of New Despair, paru en février 2016 et reprenant le quatrième épisode sur Playstation 4 et PC, avec de nouvelles missions et des mechas.

 

 

 

Insects, Insects Everywhere

 

 

Vous aurez compris, tout le bestiaire n’a carrément aucun sens, tout comme le jeu, qui se joue donc en vue à la troisième personne, dans des villes à l’architecture très tokyoïte : Gratte ciels, lignes de métro à ciel ouvert, et bon nombre de quartiers bardés de pubs.

Et dans tout ce bazar, visuellement bloqué dans un rendu visuel datant toujours de la génération précédente, entre les gens hurlant et courant en gesticulant les bras, et vos camarades d’armes juste bons à scander « EDF ! EDF ! » en se mettant (plus ou moins) volontairement dans votre ligne de tir, votre personnage aussi rigide qu’un manche à balai va devoir combattre les forces venues d’ailleurs.

 

Pour cela, vous pourrez compter sur deux armes maximum, aux munitions illimitées (mais soumises à une taille de chargeur et un temps de recharge) et aux effets variés pour repousser l’invasion. Fusils d’assaut, mitrailleuse, canons laser, lance-roquettes, lance-missiles et j’en passe ; Les catégories d’armes sont variées et dépendent de la classe jouée.

1456220830-8906-capture-d-ecran

Durant ma présentation des jeux de la licence, j’ai présenté brièvement les classes qui sont apparues :

  • Le Storm, qui est le soldat de base pouvant piloter des véhicules ;
  • La Pale Wing qui sont des valkyries volantes dépendantes d’une jauge d’énergie et avec une faible résistance ;
  • Le Air Support, qui ressemblent aux Storm mais uniquement tournés vers le soutien et les frappes aériennes ;
  • Enfin, Le Fencer, soldats en armure lourde très lents, mais lourdement armés et résistants.

 

Une fois votre classe sélectionnée, la mission, et le mode de difficulté (allant de « Easy » à « Inferno », et qui influe sur la résistance des ennemis et le loot), votre mission débute. S’il s’agit à 99% du temps de liquider toutes les menaces présentes, les ennemis laisseront des objets une fois tués : Des soins, mais surtout de l’armure (qui augmente votre santé max), et des armes, qui seront connues en fin de mission.

Car à chaque mission accomplie, le jeu ajoute à votre inventaire l’armure obtenue (et votre maximum de santé augmente), et surtout les armes récupérées. Et comme tout bon RPG chaque arme possède ses propres capacités, et s’il est toujours possible de récupérer 7 fois la même arme au sein d’une mission, augmenter la difficulté et la mission donne des trésors (et donc, des armes) plus intéressants, motivant donc une certaine rejouabilité pour obtenir tout l’inventaire, surtout quand les armes ont un niveau propre, et qu’elles sont très souvent uniques à une classe.

earth-defense-force-5-e1474891806947

Du coup, aborder les niveaux en Inferno demandera soit d’avoir des amis très motivés, ou des armes d’une puissance inimaginable. Très souvent, il s’agit des deux, surtout que le tir allié est activé par défaut. Une fois la partie commencée, le délire opère : Les tirs fusent, les envahisseurs volent, les véhicules explosent, le décor disparaît sous l’absurde du conflit.

N’hésitez pas à compter sur les décors destructibles pour vous faire une ligne de tir, utilisez les véhicules pour vous aider même si leur maniabilité est ridiculement rigide et poussive, et tirez sur tout ce qui bouge : Après tout, vos munitions sont illimitées !

 

 Des douilles jusqu’aux c….

 

Earth Defense Force est donc un jeu assez atypique : Sorte de « hack and slash avec des flingues » minimaliste, ultra con et coopératif, ce jeu pourra tout à fait constituer un excellent allié des soirées canapé avec quelques boissons et des amis dans le même délire, tout comme il saura surprendre et faire rire un public surpris de l’existence d’un tel jeu. Simple de prise en main, aussi subtil qu’un Quarterback dans un vestiaire de pom-pom girls, Earth Defense force est l’exemple du petit jeu qui ne paie pas de mine, mais qui devient vite addictif et drôle une fois qu’on entre dans son délire.

edfreview

Publicités

Un commentaire sur « Rétrospective – La Série Earth Defense Force »

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s