Mangas – Gyo (et Le Mystère de la faille d’Amigara en bonus)

Bonjour et bienvenue pour un nouvel article, encore dédié à des mangas. Comme énoncé dans le précédent article, j’ai reçu un prêt de divers ouvrages dont je vais vous faire la review, encore écrit par un des maîtres de l’horreur, Junji Itô. Mais cette fois, alors que Tomié et Spirale nous emmenaient dans des mondes où la folie et l’horreur étaient mises en avant, ici c’est plus le dégoût de choses grotesques qui mettront à mal nos protagonistes : il est temps de parler de Gyo.

 

Gyo-scope

 

Gyo raconte l’histoire d’un jeune couple, Kaori et Tadashi, partis en vacances sur l’île d’Okinawa. Peu à peu, une odeur pestilentielle commence à se faire sentir et semble suivre notre couple dont Kaori qui commence à devenir invivable ; Ils sont hélas loin de s’imaginer que l’odeur, décrite comme un mélange entre des flatulences, un poisson pourri et un cadavre humain en décomposition, provient d’atrocités sortant des mers et envahissant peu à peu Okinawa et le Japon…

gyo-shark-will-go-away-590x900

 

Autant le dire tout de suite : En deux volumes, et toujours avec le même style habituel, Junji Itô signe ici une histoire qui ne m’a pas forcément fait « peur » ou ressentir la perte progressive de rationalité ou de santé mentale des protagonistes. Ici, l’accent est vraiment mis sur le dégoût, avec des créatures mi-organiques mi-mécaniques, tels des morts ambulants, déambulant de manière aléatoire, qui menacent tout le Japon. Et si vous voulez vivre l’expérience en odorama, laissez pourrir du poisson dans un sac poubelle dans lequel quelqu’un aurait déféqué au préalable. Chose que je vous déconseille.

 

thenormal

 

Et dans tout ce bazar, même si la fin de l’histoire se finit de manière brute et vraiment décevante (« Ah, c’est déjà fini ? »), le paysage nippon envahi par ces atrocités n’aura cesse de nous dégoûter : Junji Itô prend en plus la peine de justifier et d’expliquer en détail les créatures qui envahissent le monde, quand Spirale et Tomié avaient un élément « destructeur » qui faisait son travail, et dont les caractéristiques nous étaient distillées au fil de l’histoire. Dans Gyo, un personnage apportera une « origin story » aux créatures, ce qui à mon sens n’était pas forcément nécessaire : Si un personnage était au courant de ce risque, pourquoi n’a t’il rien fait ?

Si Nurgle de l’univers Warhammer avait un livre de chevet, ce serait celui-là

 

En bref, Gyo se démarque par l’aspect plus dégoûtant qu’horrifique, et ce sentiment de malaise est la preuve qu’on peut faire ressentir de l’horreur à son lecteur sans passer par la santé mentale des personnages, ou les créatures jouant sur la déformation de la chair et parfois du corps humain.

 

Bonus : Le Mystère de la faille d’Amigara

 

En bonus, je tiens à vous signifier aussi qu’il existe dans la parution en deux volumes aux éditions Tonkam une courte nouvelle ajoutée après la fin de Gyo, nommée « Le Mystère de la faille d’Amigara » : Prenant place après un tremblement de terre, le versant d’une montagne est étrangement ornée de cavités ayant l’apparence de silhouettes humaines. La chose pourrait paraître insolite, sauf que les cavités semblent avoir des proportions différentes, et que bon nombre de gens se sont réunis pour voir ça. Et comme si cela n’était pas déjà assez étrange, les personnes sont mystérieusement attirées par les trous ayant la même forme que leur silhouette…

brigadoon_u03e30

Je vous recommande également de la lire, plutôt courte et assez prenante, elle montre la folie de l’homme face à quelque chose d’insolite, quand la curiosité est (parfois) un vilain défaut.

 

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s