Mangas – Scumbag Loser (Intégrale)

scumbag-loser-3t

 

Bonjour et bienvenue pour un nouvel article qui continue le cycle de mes lectures nippones se rattachant exclusivement au genre du seinen. J’ai déjà commencé cette nouvelle catégorie avec Junji Itô (et j’ai reçu gracieusement un prêt de quelques ouvrages de ce mangaka, et je suis reconnaissant à mon bro’ Umi Zugi pour ça), mais aujourd’hui je laisse Junji Itô pour un autre mangaka, Mikoto Yamaguti. Ce dernier n’a pas écrit énormément de mangas (Friends Games et Dead Tube, en plus de celui de cet article), mais mon bro m’a recommandé Scumbag Loser. J’avais pas du tout entendu parler de ça avant de le lire. Et j’ai bien fait.

 

Scum of the Earth

 

3_csk3o

Scumbag Loser, c’est l’histoire de Murai Masahiko, un archétype du garçon puceau, enrobé, avec des lunettes, et plein de photos d’une fille chez lui. Vraiment l’archétype du « pervers otaku » comme le qualifient ses camarades de classe, il est le second plus gros looser de son établissement, le premier étant Yamada, encore plus négligé, odorant, et sale que lui. Sauf que le jour où ce dernier trouve une copine, Murai va devenir le plus gros looser. Et apparaît dans sa vie la fille qu’il avait en poster, une amie d’enfance morte depuis 5 ans, qui va l’entraîner dans un enfer qu’il était loin d’imaginer…et moi aussi.

 

Alors au début du premier tome (Scumbag Loser en comprend 3 au final), on pourrait se dire : Ca va rester dans une ambiance « Lycée – Stéréotypes de personnages – Mec qui en prend plein la gueule et va changer – probabilité de fan service », mais non. Outre le style visuel classique mais plutôt bien dessiné (quoi que censuré), Scumbag Loser a provoqué deux réactions chez moi.

scumbag_loser_1_centre

Tout d’abord, la surprise. Je ne m’attendais VRAIMENT pas à une histoire comme ça. Vous voyez l’espèce de phrase entre guillemets où je m’attendais à un seinen empruntant au shônen convenu ? C’est pas ça du tout. Ca aurait pu être du Junji Ito sans le caractère visuel effrayant. L’intrigue est assez folle, et dès que les éléments se mettent en place, on se demande comment tout cela finit. Et même si je trouve qu’un personnage a été bizarrement éclipsé et aurait pu finir cette histoire sur une note d’optimisme, il n’en est rien.

Ensuite, un sentiment entre la réalité, la déprime, et au final un constat on ne peut plus réaliste sur notre société, sans espoir, qui nous met dans la gueule la réalité du monde dans lequel on évolue.

Le diktat des apparences, le rejet injuste des personnes qui partagent pas forcément la même mentalité adolescente (vous savez, les petits groupes d’étudiants qui sont « in » et crachent sur ceux qui leur ressemblent pas juste pour s’amuser, les ridiculiser : les enfoirés (ou bullies) de base qu’on a connu au collège-lycée, en gros), l’importance du milieu familial, le drame des violences conjugales, l’eugénisme : Tout y passe, et le final de cette histoire complètement tordue a été écrite par quelqu’un qui, je pense, à dû vivre du rejet et du mal-être dans sa jeunesse. Car de manière subtile, ce portrait dressé de la jeunesse est assez criant de vérité ; Même si certains « pervers-otaku » devraient repenser un peu leur rapport au réel, on comprend qu’au fond, Murai n’a jamais accepté toute cette vie.

ec9c019c2ea46370a7933dca876079042993a56b1e5d1eb4106c8d04

Sponsorisé par Xanax

 

Et y’a même pas 45 minutes, je viens le clore la lecture de ces trois volumes. Et ce que j’en ai pensé ? C’était très bien, malgré une fin dont je suis pas entièrement convaincu et qui aurait pu se faire autrement, quitte à apporter une note d’espoir. C’est sombre, pas joyeux, assez malsain, mais quelque chose de rapprochant un peu plus d’un simili happy end aurait pu prouver que quiconque, malgré sa vie, ses habitudes, même s’il n’est pas ressemblant aux gens que l’on voit dans la rue, n’a nullement à être rejeté et mérite quand même le bonheur.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s