Mangas – Spirale

Bonjour et bienvenue pour un nouvel article, dédié une fois de plus à un seinen, et une fois de plus né de l’esprit lovecraftien et torturé de Junji Ito. Aujourd’hui, on quitte Tomié et ses charmes malsains pour se tourner vers le petit village de Kurozu, et affronter la Spirale.

 

spirale-integrale

 

You spin me round, round, round, round, round

 

Spirale (Uzumaki) se déroule exclusivement dans le petit village de Kurozu, et l’on suit l’histoire de Kirié Goshima, lycéenne tout à fait banale dans ce petit village, vivant avec sa famille e fréquentant son meilleur ami / petit ami vivant à distance, Shuichi. Ce dernier incite Kirié à quitter la ville. Hélas, elle aurait dû y penser vite ; Car nous, chers lecteurs, nous aurons pas moins de 19 chapitres pour contempler l’étendue de la destruction de la Spirale. Tantôt hypnotisante, tantôt menaçante.

mti1ndqxmzm5mje0mdy1njm0

Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’Ito est parti à fond dans ce délire. La spirale prend plusieurs formes pour menacer les gens, pour détruire peu à peu le village, en entraînant folies, horreurs, et destruction. Un musicien, Masaru Satô, a également fait une seconde lecture intéressante de l’oeuvre où la spirale est la représentation météphorique du capitalisme, entraînant dans son emprise les hommes, et mettant en avant les peurs, l’avarice, l’égoïsme. C’est une seconde lecture d’autant plus intéressante que Spirale nous fait rencontrer une sacrée galerie de personnages, un peu dans la veine de Tomié, qui auront tous un rapport différent avec la spirale, qui va les changer à jamais.

b501e14845df44602758bb35290ae941

Après, le manga n’est pas exempt de défauts. J’aimais bien dans Tomié le fait de passer à différentes histoires avec Tomié en fil rouge ; Ici, Kirié sert de fil rouge, ainsi que la Spirale. Et en parlant de Kirié, je crois qu’on vient d’avoir le personnage le plus stupide vu dans un manga : Il lui a fallu plus de 16 chapitres pour se décider à quitter cette ville maudite !

b9dea8b8fb117702d4ce0f213d969b76

Blague à part, même si Kirié nous sert de guide dans cette histoire, elle paraît au final assez spectatrice de ce qui se passe, comme chaque personnage présent : La spirale absorbe, détruit, entraîne, et broie tout ce qu’elle veut. Ce n’est pas vraiment un défaut, et je pinaille vraiment pour trouver des défauts aux oeuvres d’Ito ; Qu’il s’agisse de Tomié ou de Spirale, tous deux édités chez Tonkam, je ne suis absolument par déçu, surtout pour un ouvrage de plus de 570 pages.

 

Running in circles

 

Spirale est donc une excellente lecture que je conseille également, surtout si vous avez adhéré à Tomié. L’horreur se révèle peu à peu, prend des formes plus diverses et variées et revient tout au long du manga (contrairement à Tomié où toutes les histoires ont que Tomié en commun, ici tout revient à un moment où à un autre), et j’ai été là aussi agréablement surpris par le travail d’Ito. Ca ferait un excellent scénario de JDR, ça se lit tout comme on savoure un délicieux repas, et on en redemande !

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s