Mangas – Tomié

Bonjour et bienvenue pour le troisième article qui clôt (ou peut-être pas) ce triptyque d’Halloween. Aujourd’hui, je vais vous parler d’un homme assez fou, qui se prénomme Junji Ito.

normal_1

Né en 1963, ce mangaka né à Gifu (Japon) à un petit truc bien particulier à lui, c’est l’horreur. Et c’est pas du Jumpscare façon Five Night at Freddy’s ou du pornhorror à la Saw, non non. Inspiré par Kazuo Umezu et surtout Howard Philips Lovecraft (Je ferais un article sur lui quand j’aurais le temps, et je reviendrai sur lui dans quelques instants), son truc, c’est mettre ses personnages, tout à fait normaux et soumis à leur propre train-train quotidien, à mal. Et ce, en leur envoyant à la tronche beaucoup d’évènements paranormaux, monstrueux, et horrifiques. Et c’est ainsi qu’en 1987, Junji Ito fait paraître son premier manga, Tomié.

album-cover-large-17582

 

Tomié, c’est cette jeune fille. Retrouvée tuée dans la ville où elle étudiait, elle revient quelques jours après dans son école et commence à séduire son professeur principal, au détriment des appréhensions de son précédent copain, et de sa meilleurs amie. Lors d’une sortie scolaire, la tension monte, et Tomié finit une nouvelle fois tuée. Car son comportement était dangereux et mettait en péril la classe, les élèves et le professeur principal décident de la couper en 42 morceaux (insérer vanne sur la réponse ultime de H2 G2 ici) et que chacun en garde un morceau pour éviter que la police ne retrouvent facilement le corps.

Hélas, certains veulent dénoncer, d’autres non, et la meilleure amie de Tomié essaie de retrouver le coeur qu’elle a balancé sous un pont. Mais le fleuve à coulé, et le coeur s’est retrouvé dans une cavité marine… où Tomié commence a réapparaître depuis son coeur.

Et c’est ainsi que le manga nous donne une succession de 20 chapitres au total, qui sont des histoires courtes et pas toujours à la suite de la précédente, où le point commun est Tomié. Tomié, la beauté fatale, qui séduit et ensorcelle les hommes à sa volonté, et dont la moindre de ses cellules peut en former une nouvelle. Vous l’avez coupée en 42 ? C’est 42 Tomié qui apparaîtront. Soyez rassurés….

tom_6-e1408286493183

 

Outre l’aspect horrifique et malsain où toutes les personnes qui croiseront de près ou de loin Tomié sombreront dans l’horreur, la compilation de Tomié éditée chez Tonkam est parfaite, car elle permet d’enchaîner toutes les nouvelles, et l’on s’ennuie jamais. Tomié revient, toujours sous une nouvelle forme, pour malmener les humains; Et quand je citais Lovecraft plus haut, c’est que j’apprécie beaucoup l’auteur en question, et que Tomié est une preuve que Junji Ito est un « Lovecraft » japonais. Les personnages deviennent littéralement fous, et Tomié en nemesis immortelle est digne du mythe de l’auteur américaine.

De la santé mentale mise à mal, des déformations physiques que ne renierait pas Cronenberg, Tomié prouve que Junji Ito à un style horrifique bien propre, et savamment bien représenté. Jamais dans la surenchère, toujours dans l’innommable et l’indescriptible, j’ose à peine imaginer le fruit de sa collaboration avortée avec Del Toro et Kojima pour P.T / Silent Hills… (Damn you, Konami…)

the-dark-depths-of-junji-ito-6

 

Plus de 300 Pages de plaisir, qui pourront peut-être lasser, dégoûter, car jamais Tomié ne « perd » véritablement. Il n’y a pas de fin, on semble lire un recueil d’essais sur un seul sujet et pas une histoire finie. Mais qu’importe. Peut-être que le style de dessin pourra ne pas subjuguer les plus esthètes du manga, mais Junji Ito à connu une évolution de son style qui se voit dans cette compilation.

 

 

mteznzkwmtgzntu2njeznjq3

Au final, qu’est ce qui coûte 30€, vous propose plus de 300 pages d’horreur bien loin des carcans actuels qui se reposent beaucoup trop sur le jumpscare et l’effet « train fantôme » où l’on sursaute ? Tomié.

Ici, on est révulsé, dégoûté, et surtout mal pour les personnages confrontés à une chose qui les dépasse et contre laquelle ils ne sont pas de taille à lutter. C’est en cela que Junji Ito à parfaitement compris la force de Lovecraft, et c’est pour ça que si vous avez 30€ à dépenser pour vous faire peur, achetez Tomié. Elle le vous rendra bien.

 

P.S : Tomié a aussi eu droit à une adaptation en film, que je n’ai pas consulté. Je ne donnerai pas mon avis dessus, du coup.

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s