Plaisir Coupable – Ghost In The Shell

Bonjour, et bienvenue pour un nouvel article consacré à un nouveau plaisir coupable.

Alors que Future Cop L.A.P.D était un défouloir très « futur selon les années 80 », et Initial D un manga de drift assez beauf et hilarant par moments, ce nouveau plaisir coupable n’a pas vraiment l’aspect « coupable » qu’on donne à cette expression, visant généralement quelque chose qu’on apprécie seul, et qui n’a pas forcément vocation à être partagé et / ou à viser un grand public.

Mais aujourd’hui, la licence dont je parle s’est quand même ouverte au public. Mieux encore, elle possède une sacrée réflexion dans sa seconde lecture, sublimée par une réalisation plus que correcte.

Même si elle a connue du très bon comme du très discutable (même aujourd’hui), il est temps de parler d’une licence à consulter impérativement si vous désirez vous intéresser au cyberpunk : Ghost In The Shell. Et c’est pas un plaisir coupable. C’est un plaisir légitime, et vous allez voir pourquoi.

 

600x800_215616

Ghost In The Shell, dans la grande majorité des œuvres qu’a connu cette licence depuis le premier manga paru en 1989, nous place dans un futur tournant autour des années 2030. La technologie à évolué, les intelligences artificielles existent, tout comme les androïdes à apparence humaine, souvent appelés « Shell » par l’aspect « réceptacle à intelligence artificielle » de leur corps. Les villes possèdent une sorte d’intranet propre où les humains augmentés peuvent se connecter.

ghost-in-thell-shell

 

Et dans tout cet environnement urbain où la technologie est omniprésente à de bonnes et de mauvaises fins, nous suivons les péripéties de la Section 9, une section policière anti-terroriste, dirigée par Aramaki, et comptant d’illustres membres comme Togusa le flic humain se baladant avec un Mateba Autorevolver, Batou l’homme-cyborg de terrain, et surtout Motoko « Major » Kusanagi, chef d’opérations mais également une redoutable combattante, avec un caractère bien trempé et une conscience de sa situation qui explique certains de ses comportements.

section_9_render_by_oxeyclean-d5qpjew

 

C’est d’ailleurs cette Kusanagi qui sera généralement l’héroïne mise en avant. N’ayant plus que son cerveau d’humain (avec quelques implants), elle est entièrement cyborg, et se fiche complètement de son corps, étant consciente que celui-ci n’appartient qu’a la Section 9, et qu’il n’est qu’un réceptacle pour son « Ghost », à savoir sa conscience humaine. Ce qui explique, entre autres, que son apparence peut changer.

ghost-in-the-shell

 

Qu’il s’agisse de réflexions sur l’intelligence artificielle, sur l’humanité qui subsiste parmi cette technologie, de complots, Ghost In The Shell brasse de nombreuses réflexions parmi toutes les œuvres que la licence à connu : Depuis le film de 1995 que je vous conseille vivement, jusqu’a l’animé Stand Alone Complex, en prenant soin d’éviter toutefois Ghost in the Shell 2.0 et Arise.

Quant au film qui doit arriver avec Scarlett Johansson, voyons si le sel de la série sera conservé, où si ce sera dénaturé pour faire un action movie cyberpunk : La balle est dans le camp des scénaristes.

ghost-in-the-shell-scarlett-pic

 

 

Généralement, je recommande un jeu pour aller avec un plaisir coupable : Ici, Ghost in the Shell à connu de nombreux jeux, même maintenant avec le récent Ghost in the Shell S.A.C : First Assault sur Steam, un FPS multijoueur. Pour ma part, je ne recommanderai pas le FPS paru sur PS2 et PSP car je n’y ai pas joué, mais Ghost In the Shell, paru sur Playstation en 1997 qui repose sur une période qui n’est pas celle de Stand Alone Complex, sorti après le film de 1995 sans pour autant être une adaptation.

ghost_in_the_shell

Le scénario se base sur la traque d’un groupe de Cyber-Terroristes déployant ses forces sur toute la ville. Mais pas de FPS où l’on joue Kusanagi ; ici, on joue une nouvelle recrue dans la Section 9, qui combat en Fuchikoma. Derrière ce nom barbare se cache un petit tank-araignée rouge (remplacé dans Stand Alone Complex par le Tachikoma), parfois stylisé avec une petite bouche et des mimiques lors de cinématiques pour le rendre attachant.

De l’action et du tir entièrement en 3D, à bord de cet engin pouvant bouger très vite, monter sur n’importe quelle surface. Simple à prendre en main, le jeu se révèlera vite ardu et nerveux : Tirer profit de sa grande mobilité et de l’arène sera un but crucial, surtout que le verrouillage semi-automatique des cibles permettra de canarder assez facilement tout en gardant un œil sur les alentours. Ca va vite, ça défoule, c’est du pur scoring, mais c’est très fidèle à l’univers.

Et j’allais oublier la soundtrack. Complètement électro, rapide, et assez insolite. Je m’attendais pas à ça, et c’est une excellente raison supplémentaire d’y jouer.

 

 

Croyez moi, il est très dur d’aborder tout ce que Ghost in the Shell est : Les sujets abordés, et la liste de tout ce qui à été fait dans cette licence. Je pense que le mieux est de vous laisser découvrir. Si vous aimez des ambiances à la Deus Ex, E.Y.E Divine Cybermancy, et Cyberpunk 2077, c’est une excellente porte d’entrée vers un univers propre, très cohérent et bien réalisé, avec tout plein de petites questions qui trouveront peut-être un écho dans d’autres œuvres ; De toute manière, les nombreuses pensées de Kusanagi vous feront poser des questions, et rien que le premier film de 1995 suffit amplement à vous transporter, en moins de 1h40.

 

 

D’ici là, je vous conseille vraiment de découvrir cette licence si ce n’est pas fait, et de jouer à Ghost In The Shell sur Playstation. Et si vous êtes peu regardant sur la légalité (c’est votre droit) le porter en fichier lisible sur une PSP en Custom Firmware peut constituer un très bon plan lors de vos déplacements.

J’espère donc vous avoir donné des raisons suffisantes pour consulter cette licence, et jouer à un bon jeu ! Il n’est jamais trop tard pour découvrir un pilier du cyberpunk, et d’ici là, je vous donne rendez-vous pour de futurs articles !

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s