Plaisir Coupable – Initial D

Bonjour et bienvenue pour un nouveau plaisir coupable, car je trouve ce format assez drôle pour faire découvrir quelque chose.

Après le médiocre mais très moddable World Racing 2, c’est l’heure de s’intéresser cette fois à…un manga. Qui, je vous rassure, a été adapté en jeu vidéo. Et qui possède, malgré tout, un aspect kitsch, beauf, et assez comique si on le prend au second degré.

Aujourd’hui, c’est Initial D.

idp-wallpaper_01

Initial D, c’est l’histoire de Takumi Fujiwara, jeune étudiant de 18 ans qui aide la boutique locale de tofu de son père en livrant ses produits au sommet du col d’Akina avec une Toyota Trueno AE86.

Mais dans cette petite ville, une fois la nuit tombée, le col d’Akina devient le lieu de rendez-vous de pilotes de rue, qui s’organisent en équipes et se défient sur la montée et la descente. Dérapages, Voitures préparées, Techniques de dépassement : Imaginez un Fast and Furious à la Japonaise, mais à une échelle plus rurale, sans les filles sorties de Playboy, Vin Diesel, ou l’aspect criminel.

En rentrant un soir par Akina, Takumi défie inconsciemment Keisuke, un coureur chevronné avec une Mazda RX-7. Et depuis la victoire « involontaire » de Takumi avec une voiture moins puissante que son adversaire, « l’AE86 d’Akina » va devenir une légende, et le talent de Takumi va se confronter à tous les pilotes de la région…

 

Afin d’aborder Initial D au mieux, je vais détailler plusieurs points clés de ce manga. Crée par Shûichi Shigeno, le premier tome est paru en 1995 et son dernier en juillet 2013. Il est compilé en quarante-huit tomes, et est disponible en une version animée de 6 saisons, 2 OAV, et 2 films d’animation revenant que sur les scènes de course. Un reboot de la série fut lancé en 2013 avec trois films censés condenser l’intégralité de l’histoire.

Sur l’aspect musical employé dans l’animé, Initial D fait le choix d’une bande son….éclectique, avec un seul genre représenté, appelé couramment « Eurobeat », reconnaissable avec des musiques presque techno tournant autour de 150 BPM, des chansons aux sonorités rétro qui rappellent l’électro des années 90 avec des textes de chanson romantique. Et du coup, avoir un duel de sportives de rue japonaise sur une musique nerveuse de ce genre confère un aspect particulièrement comique au premier abord, mais plutôt entraînant au fur et à mesure de l’écoute. D’ailleurs, je vous mets une petite compilation en cadeau.

12080143_1613520148911644_8324267938406320_o
Attention : L’abus d’Eurobeat peut être dangereux pour la santé, surtout au volant.

 

Ensuite, parlons de la voiture. Les séries avec des voitures voient toujours une certaine « notoriété » se développer autour de la voiture « phare » employée. Que ce soit dans K2000 avec la Pontiac Trans-Am, Retour vers le Futur avec la DMC DeLorean… Ici, Initial D est un manga comprenant uniquement des voitures japonaises. Et celle mise en avant n’est autre que la Toyota Trueno Sprinter AE86.

toyota-ae86-550-02

124 ch, une boîte 5 rapports, avec un look qui ne lui fait pas ressembler à une voiture sportive comme les Mazda RX-7 ou les Nissan Skyline R34 présentes aussi dans le manga. Or, son châssis rigide couplé à sa légèreté (Moins de 950 kg) en ont fait une voiture plutôt intéressante à conduire en course de montagne dans les compétitions de Touge, ou encore dans les compétitions de Drift. Bon nombre de pilotes l’emploient aujourd’hui, dans des versions modifiées pour le circuit qui tiennent la dragée haute à des voitures récentes. C’est ce côté culte qui fait qu’elle est encore présente dans bon nombre de jeux de course, et que des références à Initial D sont présentes dans beaucoup d’oeuvres diverses.

 

Initial D est considéré comme un seinen, même si je trouve qu’à un moment, notamment lors du long arc narratif sur la Project D où Takumi court en équipe, l’archétype du parcours intiatique, qui se retrouve plus fréquemment sur des shônen comme Dragon Ball, Pokémon, Naruto ou encore One Piece, tend à rendre Initial D monotone et très répétitif. Vous savez, le principe du « Héros rencontre nouvelle menace. Héros est en difficulté. Flashbacks ou interventions de son Mentor pour progresser. Héros surmonte la difficulté / menace. Héros a progressé, est un peu plus grand. »

Cela est en parfait contraste avec ce qui précède, à savoir la vie insouciante de Takumi, jeune lycéen devenu pilote de rue par accident, expliquant sa « technique » si professionnelle aux yeux de tous les autres par une « habitude » de rouler sur le Mont Akina pour ses livraisons, et que l’ennui se fait si grand qu’il essaie de nouvelles choses pour aller plus vite.

Toutefois, l’aspect seinen peut se comprendre.

  • Qu’il s’agisse de la « copine » de Takumi qui fréquente un Sugar Daddy avant de prendre un soufflet par Takumi ;

 

  • Une pilote qui veut se caser qu’avec un homme « qui partage sa passion pour les moteurs rotatifs comme ma RX-7 » et qui « devra la battre » (et par pur HASARD, elle le rencontrera à la scène suivante) avant de se faire Friendzoner de la manière la plus ingrate possible (tu comprends, tu peux pas te concentrer sur ton équipe de course et les filles en même temps) ;

 

  • Un pilote qui drifte à 100 Km/h en virage, et qui trouve le moyen de lâcher le volant et s’allumer une cigarette comme si de rien n’était…

 

Initial D comprend quand même son lot de personnages beaufs, assez drôles, et de situations qui vous feront rire tellement c’est…stéréotypé, qui vous feront mourir de rire si vous les appréciez au second degré. Seinen oui et non donc, il n’y a pas vraiment de violence, ni de voiture de police pour arrêter ces pilotes. Ca peut plaire au même type de public que GTO, supplément « Rencontre des pilotes célibataires dans ta région »

1z19w68
#LarmesViriles #Mecanophilie

 

Initial D a également été adapté en jeux vidéos, sur énormément de supports, y compris en arcade. Dans la plupart des cas, la conduite se veut accessible, toutes les voitures de l’animé sont présentes, de la Levin d’Itsuki à la Subaru Impreza de Bunta. Un mode histoire est souvent présent, comprenant les duels présents dans l’animé et les tracés de la série. Hélas, ces jeux sont rarement localisés chez nous, mais ils ont très arcade, avec la bande son en prime, et on retrouve l’ambiance de la série.

En définitive, j’ai passé un excellent moment avec Initial D. Des instants drôles, des duels aussi épiques qu’un combat de Dragon Ball avec tous les poncifs du genre, et de la musique entraînante qui parasite mon lecteur de musique. C’est assez fou de voir comment un truc pareil à pu avoir un tel succès et durer aussi longtemps, et je vous le recommande, ne serait-ce que par curiosité.
Allez, c’est pas tout, j’ai des livraisons de tofu qui m’attendant à Akina.
10488771_1433930986872318_1997841503_n
Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s