Test – Risk Of Rain

header

Sorti depuis quelque temps sur PC, Risk Of Rain arrive sur les consoles Sony, y compris sur PsVita. Ayant tâté de la version PC, je teste ici la version PsVita, mais le gros de la critique concerne également le jeu quelque soit la plateforme.

Risk Of Rain, pétard mouillé ou génial rogue-like ?

 

Sortez Couverts

 

Le scénario est très simplement expliqué : L’introduction nous montre un vaisseau de transport en pleine mission, attaqué par un individu mystérieux qui libère la cargaison et détruit le vaisseau. Les débris s’écrasent sur la planète la plus proche, et l’on envoie des mercenaires pour faire place nette, à savoir vous.

 

Risk Of Rain est un rogue-like en 2D, qui fonctionne avec quatre skills par personnage. Vous disposez d’un arsenal de classes à débloquer, chacune avec 4 coups (généralement une attaque / une attaque plus forte / une esquive / une compétence spéciale) qui se rechargent comme dans un MMO.

screenshot234

Votre personnage sera donc téléporté de niveau en niveau où l’objectif sera simple : Tuez toute résistance, dépensez l’argent amassé dans des coffres qui donneront des objets venant altérer votre personnage (cadence de tir, dégâts spéciaux, soins….), et activez le téléporteur qui amènera un boss et une vague d’ennemis à éliminer, pour enfin passer au niveau suivant quand l’endroit est nettoyé.

Chaque niveau est parsemé de détails, de recoins qui incitent à visiter la zone pour trouver les coffres à trésor, et vos personnages deviendront des demi-dieux. Je plaisante absolument pas, mais il est tout à fait possible d’avoir un personnage avec la cadence de tir améliorée 3 fois, des pics de glace tournant autour de vous, quelques drones de défense et de soins, et j’en passe. Car dans ce jeu, les objets que l’on récupère sont parfois cumulables si l’on obtient le même exemplaire, ce qui peut donner des personnages hallucinants.

Le jeu comprend aussi un petit timer de votre partie actuelle : Plus vous passez de temps en jeu, plus le jeu deviendra dur. Et cela va de Very Easy (2 / 3 ennemis max. sur soi) à HAHAHAHAHAHA (Au moins plus d’une dizaine).

Risk-of-Rain-Magma-Worm

C’est très simple à expliquer, mais le jeu comprend un contenu fantastique que je vais détailler par la suite.

 

Raining Blood

 

Le jeu se paie une direction artistique en Pixel-Art loin d’être dégueulasse, un peu « petite » en taille, mais qui tient la route face aux multiples effets visuelles et ennemis à l’écran, sans aucun ralentissement (du moins, ce que j’ai constaté sur Vita)

Les décors peuvent toutefois paraître un peu simplistes, ou manquant de détails.

 

Signée Chris Christodoulou, la bande son est à la fois reposante, met une ambiance d’aventure calme et mystérieuse, mais manque à mon goût de pêche et d’epicness quand on fait face à beaucoup d’ennemis. La partie sonore est plutôt sympathique, pour les bruitages ou les râles d’ennemis.

 

Le jeu possède une durée de vie assez conséquente, afin de débloquer des artefacts (des mutators de partie), les classes de personnages (14 si je ne me trompe pas), les monster logs. A noter que le jeu comprend également des achievements qui permettent de débloquer des objets qui apparaîtront dans les coffres ; Plus vous jouerez, et plus ce jeu permet des trucs complètement fous.

ss_9b26bb93397ea5bbb7906950c4ffa0d6e9203f7d.600x338

Pour les multi et les DLC : Aucun DLC, mais un Multijoueur Online (ou local, Direct IP) solide. Et quand je dis solide, c’est qu’imaginer 4 soldats complètement pétés et aux objets qui peuvent se compléter (l’équipement n’est pas partagé) donne des combats dantesques, même si cela peut faciliter le jeu à mon goût. Car il est tout à fait possible de faire Risk Of Rain seul, mais si vous avez le choix, ramenez des amis, ça en vaut largement la peine.

 

Risk Of Reign

 

Risk Of Rain est un délice. Addictif, fun, que ce soit par les builds qu’il permet, le contenu à débloquer, et la difficulté croissante allant de « promenade de santé » à « One-Man Army », vous en aurez très largement pour votre argent, neuf ou en réduction. Le compagnon idéal si vous avez des amis dans le même délire. Quoi qu’il en soit, je retourne faire une partie, je suis en manque.

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s