Test – XCOM 2

xcom2

Sorti en début 2016, XCOM 2 est la nouvelle itération du jeu de stratégie de Firaxis, se déroulant 20 ans après le premier volet. Qu’en est-il de ce jeu très intéressant qui a réussi à ne pas tomber dans le piège de la suite flemmarde ?

 

« Welcome back, Commander »

 

Vous vous souvenez de la cellule XCOM, celle qui est censée avoir repoussé l’invasion extraterrestre dans Enemy Unknown / Within ? Eh bien elle est démantelée, officiellement. Les extraterrestres ont envahi la planète, et ont crée une coalition extraterrestre / humains nommée ADVENT. Alors que l’humanité fête ses 20 ans d’unification avec ADVENT, qui lui fournit une avancée génétique et technologique en contrepartie d’un régime totalitaire, la XCOM se reforme suite à la libération du Commandant du précédent épisode (vous).

Vous rejoignez le nouveau QG mobile, l’Avenger (Talion en VF) qui aura la lourde tâche de reconquérir le monde et de chasser ADVENT de la planète Terre. La XCOM est de retour, en mode guérilla, avec une approche très différente du premier volet.

Cela se sent avec la narration qui s’est améliorée, l’histoire qui prend un contre-pied intéressant avec le premier volet (on est cette fois les envahisseurs) et ce changement s’opère dans cette quête d’une suite à la fois similaire et différente.

 

xcom2_tactical_target-viper_hud-100632667-orig

 

Le gameplay d’XCOM 2 reste sensiblement le même que pour le premier volet : Un volet gestion représenté par le Talion, avec des installations, recherches, et ressources à superviser ; Un volet combat, où l’on dirige ses unités sur la carte au tour par tour. Je vous invite à lire mon test du précédent volet, car il reprend les grandes lignes de cet épisode.

Toutefois, on ne dispose pas des mêmes moyens que dans le premier volet : Le projet XCOM est clandestin, et il faudra rallier à votre cause les pays un par un, en récupérant les caches de ressources, en gérant les recrues et renseignements qu’on vous octroie, et en s’assurant qu’ADVENT n’attaque pas les pays alliés ou n’entreprenne pas d’opération secrète.

Car oui, un des ajouts de la partie gestion provient d’ADVENT, qui se développera de manière similaire à XCOM : Nouvelles unités et compétences, Augmentation des moyens militaires, malus pour votre campagne, et bien sûr le Projet Avatar, qui une fois mené à terme cesse votre partie. Bien sûr, attaquer certaines installations d’ADVENT ralentira ce compte à rebours.

xcom2-2

 

Les personnages disposent également de bien plus d’options de personnalisation, avec des pièces d’armures, motifs, mods d’armes que l’on peut renommer / sauvegarder dans une banque de personnages pour les faire apparaître aléatoirement dans vos futures parties. Cela rajoute un réel aspect liant le joueur à ses soldats, d’autant plus que les nouvelles classes sont plutôt intéressantes. Qu’il s’agisse du Ranger avec son attaque de mêlée ou l’Opérateur qui peut hacker les systèmes ennemis à distance, XCOM 2 garde les bases du précédent en ajoutant de nouveaux choix.

On pourrait résumer XCOM 2 à un gros DLC du Enemy Unknown. C’est complètement faux. Le jeu possède une approche moins « tranchée » et plus « guérilla » : L’ennemi vous forcera davantage à changer de couverture, certaines missions vous font démarrer en mode « infiltration » jusqu’à être débusqués par l’ennemi, la prise de risque peut donner des résultats intéressants, et l’évolution des troupes ennemies durant l’histoire motivera à contrecarrer leurs projets au plus vite. C’est sans compter la correction du mode Vigilance, la génération procédurale des cartes, les nouvelles capacités, et toutes les errances d’Enemy Unknown (couverture satellite, etc…) pour peaufiner le système de jeu pour un résultat frôlant la perfection.

 

Calendrier de l’ADVENT

 

Autant le dire tout de suite, XCOM 2 a connu d’énormes soucis d’optimisation à son lancement. Toutefois, la direction artistique, bien plus variée et urbaine, est couplée à un moteur graphique amélioré, qui reste très correct sans être une claque graphique. Le jeu reste très agréable à jouer, même sans configuration haut de gamme.

 

XCOM 2 est bien plus long que son prédécesseur, avec facilement plus de 30h de jeu pour arriver au bout de la campagne, avec toujours 4 modes de difficulté et le mode Homme de Fer avec la sauvegarde unique. Le jeu ne dispose pas encore de modificateurs, mais reste tout aussi prenant que le premier, et un poil plus exigeant.

xcom2_preview_hd_4

Comme pour le premier, la musique est plutôt correcte, même si elle ne m’a pas marqué. La partie sonore, qu’il s’agisse des doublages et des voix des soldats, est tout aussi réussie.

 

Le jeu comprend (au moment de l’écriture du test), aucun DLC. Toutefois, le jeu est ouvert aux mods, et l’on trouve de belles trouvailles sur le Steam Workshop et sur XCOM2 Nexus. Qu’il s’agisse des mini mods de Long War Studios, du M4A1 Pulse Rifle d’Aliens, divers voicepacks et classes additionnelles, le jeu dispose d’un gros potentiel pour rendre le jeu encore plus intéressant, sans compter le partage des Banques de Personnages.

 

XCOM : Guerilla

 

XCOM 2, ou comment faire du neuf avec du vieux. Reprendre un jeu, démolir tous vos réflexes du premier volet sans totalement dépayser ; Changer l’approche du jeu sans totalement changer la formule ; XCOM 2, hormis une optimisation à revoir, reste excellent sur tous les points : La difficulté, l’aléatoire du déroulement de la campagne, les nouvelles unités, modifications d’armes, approches furtives, piratage de systèmes….Si vous avez aimé XCOM Enemy Unknown, vous risquez la cour martiale si vous voulez passer à côté de celui ci. C’est « More of (not exactly) the same », à la fois connu et relativement nouveau pour vous casser les dents et vos unités face à ADVENT, qui vous laissera aucun répit. Bon courage.

Publicités

Un commentaire sur « Test – XCOM 2 »

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s