Test – DanganRonpa Another Episode : Ultra Despair Girls

x360-Btz

Sorti après les deux remakes des épisodes PSP de Danganronpa, Danganronpa Another Episode : Ultra Despair Girls arrive sur PsVita pour combler l’attente du prochain épisode. Sauf que cette fois, le parti pris est tout autre, avec un Third Person Shooter qui nous entraîne dans une ville semi ouverte, entre les deux épisodes se déroulant à la Hope’s Peak Academy. Qu’en est t’il donc de ce spin-off ?

 

Tragic Box

Dans une ville « sécurisée » nommée Towa City, bâtie sur une île loin des dégâts causés par « La Tragédie » que l’on apprend dans le premier DanganRonpa, le jouer incarne Komaru Naegi, petite sœur de Makoto Naegi, héros du premier volet. Enfermée dans un appartement sans savoir pourquoi ni comment, elle réussit à s’enfuir suite à l’invasion de Monokumas dans toute la ville, qui s’amusent à tuer tous les adultes de la ville. Son chemin croise celui de Toko / Genocide Jack l’écrivaine Yandere et skyzophrène du premier volet.

Les deux filles vont donc prendre part à une chasse à l’homme organisée par les Warriors Of Hope, cinq enfants complètement dérangés (et horripilants) de la Hope’s Peak Elementary School qui ont pour dessein de se divertir en faisant de la ville leur terrain de jeu, avec des Monokumas comme sbires et les adultes pour proies.

Le scénario est, dans sa base, très bateau, et même si Komaru pourra vous sembler comme une pleureuse bonne à rien, les cinq antagonistes principaux, malgré leur statut d’enfants, vous donneront envie de mettre des baffes. Egoistes, fermés d’esprit, ils sont volontairement écrits de la sorte pour que vous ayez envie de les voir grandir de la manière forte. Mais ça, c’est ce que j’ai pensé jusqu’au début du quatrième acte, où l’histoire prend vraiment une tournure intéressante à mon goût. Les personnages changent, certains personnages horripilants le restent (je pense à Monaca et la petite fille aux cheveux roses), et le scénario fournit des liens très intéressants avec les épisodes canoniques.

Alors certes, il faut avoir fait le premier épisode au minimum (si vous avez fait le deux, vous comprendrez certains trucs qu’a la fin mais c’est accessoire), mais le jeu comprend nombre de petits éléments à trouver qui donnent autant de dialogues qui peuvent vous expliquer l’histoire. Mais sans spoiler, jouez vraiment au premier épisode.

 

150703_danganronpa_10

Le gameplay est cette fois très différent des DanganRonpa habituels. Vous vous souvenez quand je disais que ce jeu est un mix entre Phoenix Wright et Battle Royale ? Oubliez Phoenix Wright. Ici, c’est un duo de demoiselles dans une ville en proie à une invasion de Monokumas, transformées en No Man’s Land.

Le jeu se joue comme un TPS où l’on vise pour pouvoir tirer, un peu comme Dead Space. L’arme de Komaru (un porte voix trafiqué) possède différentes balles, parfois modifiables, aux fonctions diverses : dégâts, repousser, activer des mécanismes, faire danser…. Les balles peuvent se faire rares si l’on est un fou de la gâchette, les ennemis possédant tous un point faible à exploiter. On peut heureusement en trouver avec des distributeurs automatiques et des cadeaux.

Si votre vie est basse ou que les ennemis son trop nombreux, appuyez sur Triangle et Genocide Jack entre en scène. Ici, c’est du beat em all un peu brouillon où Jack lacère à coups de ciseaux, avec finish moves possibles. Hélas, l’utilisation est limitée en temps et doit s’utiliser avec prudence, ou dans certains cas.

Danganronpa-Another-Episode-PS-Vita-02-500x283

Dans l’ensemble, hormis la caméra un peu lente par moments, c’est techniquement correct sans être mirobolant. Le jeu pourrait gagner un chouia en vitesse mais ce n’est pas le cas ; On a l’impression de faire une promenade dans des décors 3d avec par moments quelques ennemis qui apparaissent. Les temps morts sont comblés par des objets cachés dans le décor, des dialogues, et certaines salles de « réflexion » vous demandant d’éliminer tous les ennemis d’un coup, ou de passer sans être vu. Il peut également y avoir de petites énigmes bien fichues.

Le rythme est parfois haché par la dualité dialogues / jeu, mais ne lasse jamais vraiment le joueur. Ma principale critique viendra d’un manque de difficulté de quasiment tous les boss du jeu, qui peuvent être vaincus très facilement (difficulté normale) avec Genocide Jack, en moins de 2 minutes montre en main. Tout comme les ennemis, qui sont assez faciles à gérer.

117271820150221_012029_4_big

Le jeu comprend plusieurs rendus : Le rendu en temps réel, avec des modèles de personnages et des Monokumas très bien réalisés ; Les cinématiques en CG comme dans les épisodes canoniques avec ce même style qui rend plutôt bien et qui possède son ambiance propre ; Des séquences d’animation 2D dans le style de l’animé qui ont pour seul défaut d’avoir aucun sous-titrage ; enfin, des cinématiques avec des modèles 3d que je trouve perfectibles sur les détails et les shaders des personnages, rendant très « artificiel ».

En jeu (ce que vous verrez le plus), les décors et l’atmosphère d’une ville en ruine est très bien rendue, et fourmille de petites détails participant à l’ambiance du jeu.

 

Hope Vs Despair

Comptez environ 11h pour finir le jeu. Vous disposez de trois modes de difficulté, d’un contenu end-game avec une galerie, des bonus, et un visual novel. Ce qui est plutôt correct !

Côté musique, toujours signée Masafumi Takada (No More Heroes, Danganronpa 1 et 2), des morceaux du premier épisode reviennent, mais la grosse partie de la bande son est peu composée de remixes, mais de nouveaux morceaux très corrects, dans la même veine que ceux des épisodes normaux.

Aucun DLC (hormis pour avoir les voix japonaises, qui est gratuit) ou multijoueur à mentionner.

 

UPUPUPUPUPUPUPUPU-

Danganronpa Another Episode pourrait s’apparenter à un jeu fan-service. Pour combler l’attente. Toutefois, même si ce sentiment me prenait jusqu’à la fin du troisième acte, le quatrième et cinquième acte m’ont rassuré sur le plan scénaristique, avec des implications intéressantes pour d’anciens et de nouveaux protagonistes.

Toutefois, même si le TPS n’est pas le genre de jeu auquel la licence Danganronpa est attachée, cet épisode est très perfectible (vitesse et souplesse de jeu, mécanismes de TPS réchauffés comme l’arène à nettoyer), et surtout, répond a plus de questions qu’il n’en implique par la suite, en faisant un épisode « optionnel ». De plus, et cela est totalement subjectif, le passé de certains personnages est explicité d’une manière parfois gratuite et sans intérêt distinct, et la violence est parfois gratuite, même si c’est expliqué par la folie des antagonistes.

Alors, si vous voulez en apprendre plus sur l’entre-deux épisodes et jouer deux personnages plutôt intéressants avec le même niveau d’écriture, vous êtes au bon endroit. Bien sûr, le reste n’est pas parfait, mais Danganronpa Another Episode est assez intriguant pour que vous ne soyez pas tenté, si et seulement si vous aimez la série où Espoir et Désespoir se confrontent.

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s