Test – DiRT Rally

dirt-rally-0487-01-1280x720

Après un DiRT 3 sorti en 2010 qui était le réel dernier jeu de rallye paru chez Codemasters, ces derniers reviennent sur le devant de la scène avec DiRT Rally, lancé tout d’abord en Accès Anticipé sur Steam pour une sortie d’abord prévue sur PC ; Le jeu venant de sortir en version finale aujourd’hui, retour sur ce soft que je suis depuis la première version, qui est censé être le reboot du rallye Arcade-Simu, même si vous allez vite voir que l’aspect simulation a primé…

 

Start Your Engines

 

Dirt Rally ne s’embête d’aucun scénario ou de carrière plus ou moins mise en scène comme DiRT 2 ou 3. Vous avez une équipe, et vous allez acquérir à la sueur de votre front les voitures qui vous permetront de concourir dans de nouveaux championnats, et de côtoyer les modes de difficulté les plus ardus. En commençant par les années 60 avec une Lancia Fulvia et une Mini Cooper, les crédits gagnés au fil des rallyes vous donneront la possibilité d’évoluer dans les catégories de voitures, en faisant un historique de tout ce que le rallye a connu comme engins motorisés : Groupe B, Années 90, Championnat WRC moderne, et même Hill Climb et Global Rally Championship, qui sont deux autres championnats disponibles en parallèle, sous licence officielle.

Au début, on vous donne le choix entre deux voitures, et un mécanicien à faire évoluer. Outre l’aspect garage que j’ai évoqué (après plus de 40 voitures au lancement), vous avez également un mécanicien (ou plusieurs) dont les compétences évolueront, permettant des réglages plus poussés et du temps de réparation en parc fermé réduit. Ce système est plutôt intéressant et bien fait.

 

« Virage 3 Gauche / Tout Droit, 150. »

Ici, si vous avez joué à Richard Burns Rally, vous serez pas dépaysés. Oubliez les spéciales constamment à fond : DiRT Rally vous apprend qu’en réalité, c’est pas la vitesse, mais la maîtrise qui importe (cette phrase peut être sortie de son contexte.) Qu’il s’agisse des surfaces où l’on sent vraiment la différence d’adhérence, la conduite très différente et unique de chaque automobile, et la longueur des spéciales, le défi est vraiment là. L’I.A fait de bons temps même en normal, et la difficulté est réglable comme dans DiRT 3 en enlevant des aides. Et là, on entre dans le vif du sujet, le vrai pilotage, dès que le HUD, les aides, et le démarrage automatique ont été retirés.

u_zaVfh8_A9L.878x0.Z-Z96KYq

Et là, je ne parle que du mode Rally. Car le Hill Climb sera une véritable purge pour quiconque n’a pas un minimum d’expérience en jeu de course. Les voitures sont difficiles à manier du fait de leur puissance, mais le plaisir de les contrôler et l’apprentissage seront le vrai défi de cette discipline, couplé à un Pikes Peak du Colorado et plus de 20 km à engloutir avec plus de 500 Cv sous la pédale. Dommage que cette épreuve soit la seule de ce championnat (peut être de futurs ajouts), car la Course de Côte est peu représentée dans le jeu de course, et c’est grisant.

43613_1_1a243f74bf

Enfin, le GRC (Championnat du Monde de Rally Cross), qui s’est enfui des X-Games (et dont je suis l’actu) fait son apparition avec les voitures officielles et un partenariat comprenant des pistes et les règles officielles. Il s’agit ni plus ni moins d’une course sur circuit tout-terrain, avec une portion de piste à prendre obligatoirement une fois par course. Un petit aspect stratégique, couplé à des courses nerveuses où il faut batailler pour la première place : C’est très rafraîchissant quand on sort du Rally, et c’est plutôt fun une fois en multijoueur.

Trois disciplines au lancement, pour une maniabilité plutôt simu et un jeu qui revient à une difficulté relevée (perte de gains pour chaque « recommencer », dégâts sur l’auto, aucun rewind), avec en prime un garage exhaustif et varié : Une franche réussite.

Deux autres points m’ont bluffé également et je vais les traiter ensemble : Les graphismes et la partie audio. C’est réussi graphiquement, même si cela pourra s’avérer gourmand pour des configurations modestes. Les décors sont beaux, et une fois poussé en Ultra, on s’en prend plein la figure en conduisant.  Qu’importe les menus plutôt simple, en jeu, c’est très bien réalisé, qu’il s’agisse des voitures comme le reste.

dirt_rally_announce_14

Sur la partie audio, outre les musiques du jeu plutôt calmes comparé à avant, les sonorités des automobiles, en intérieur comme en extérieur, sont très bien retranscrites. Encore une fois, les explosions des pots d’échappement à chaque passage de vitesse sont pas assez marqués à mon goût, mais tout le reste réjouit mes tympans.

Parlons maintenant du Multijoueur et des DLC. Le multijoueur est possible de manière asynchrone avec des défis quotidiens / hebdomadaires avec des conditions spécifiques, ou en simultané avec des lobby de Rally Cross. Et force est de constater que c’est très disputé, avec un netcode plutôt bon.

Pour les DLC, ayant acheté le jeu dès l’ouverture de l’accès anticipé, les contenus ont été distribués par des mises à jour, et ce gratuitement. De plus, Codemasters prévoit de continuer ainsi même à partir de la sortie finale. Bravo, d’autant plus que même si chaque environnement comprend beaucoup de pistes, j’aurais aimé voir certains environnements dans le futur. J’espère que le studio se tiendra à cette promesse.

 

« If In Doubt, Flat Out. »

Enfin. Un simulateur de Rallye pas totalement hermétique aux non-possesseurs de volant, adaptable, mais qui reste assez exigeant et avec une bonne courbe de progression. Le tout, sans superflu, sérieux, avec un garage et des environnements variés. Je n’en demandais pas moins, Codemasters l’a fait. DiRT est de retour, et de la meilleure des manières. Vous voulez du rallye ? Oubliez WRC 5. En une spéciale de DiRT Rally, vous serez conquis.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s