Rétrospective : La Saga WipEout

Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle rétrospective qui va parler d’une licence qui est actuellement « morte », c’est à dire sans nouvel épisode canonique, et dont les créateurs originaux font un kickstarter pour la refaire vivre non-officiellement. Ca va parler courses futuristes, cyberpunk, musique électro, et tracés techniques. Aujourd’hui, bienvenue dans WipEout (et non Wipeout, l’émission semblable à Takeshi Castle.)

WipEout fait très clairement partie de mes licences préférées pour 3 raisons : Le Gameplay, la Direction Artistique, et la Bande-Son. Ces trois éléments le rendent unique, ont réussi à en faire avec F-Zero une des plus grosses licences de course futuriste. Même si aujourd’hui, WipEout est dans les limbes des licences Sony « disparues », il est temps de s’y pencher à nouveau et, pourquoi pas, d’y jouer si ce n’est pas déjà fait.

wipeout-1920-1080-wallpaper

Welcome to Anti-Gravity Racing

WipEout est donc un jeu de course futuriste, comprenant généralement 8 pilotes en course, sur de stracés aux virages relevés, loopings, sauts, et portions avec des chicanes et des pièges. Contrairement à F-Zero où la piste est plus large et fait la part belle au maintien de la vitesse, WipEout demande de la précision pour mouvoir son vaisseau sur les tracés, parfois retors, et également de la technique pour optimiser au mieux l’utilisation d’armes que l’on récupère sur la piste : Cela va de missiles guidés, mines, à des bombes, tir de plasma….

De plus, la maniabilité comprend la direction et l’accélération du vaisseau, mais également deux aérofreins qui font basculer le vaisseau, très utile quand l’on couple ça à la direction pour prendre des virages serrés. Généralement, on dirait que le jeu n’a aucune adhérence avec l’aspect flottant des véhicules et ces aérofreins qui font pencher le vaisseau, mais le système se révèle très complexe et permissif quand l’on monte dans les classes de vitesse, dont les plus élevées permettent parfois d’employer des techniques impossibles avant, grâce aux bosses, bordures, et petites failles intelligentes des tracés.

Par exemple,le tonneau, qui permet en l’air de faire une manipulation qui fait partir le vaisseau en roulis, et qui octroie un boost à l’atterrissage (contre un peu d’énergie). En Phantom (vitesse plus élevée), on peut parfois faire cette manipulation à des endroits improbables vu la vitesse et la distance en l’air parcourue.

Même si le gameplay s’est renforcé au fil des épisodes (Barre d’énergie rechargeable par des stands puis en absorbant un objet, tonneau, nouveaux modes de jeu), il reste assez exigeant passé une certaine difficulté, et rend le jeu assez riche.

Wipeout comprend également plusieurs écuries, de nationalités différentes, avec des vaisseaux aux caractéristiques variables. Si Feisar reste l’écurie pour débuter, certaines demanderont du temps pour être bien contrôlées comme Pirhana ou Icaras, faute d’une maniabilité et résistance efficace.

Cyberpunk Racing

Quand je fais mes rétrospectives, je détaille l’histoire des jeux en question. Or ici, il s’agit d’un jeu de course qui n’a pas de réelle histoire. En cherchant bien sur internet et les sites de fans, WipEout raconte l’évolution, au fil du temps, de l’AGRC, ou Ligue de Course Anti-Gravitationnelle.

Alors que le monde connaît un essor technologique impressionnant (Villes gigantesques, bardées de publicités, mascottes, installations dans des décors divers) que l’on découvre en lançant chaque circuit (Pêle mêle, on a Ubermall qui est un tracé dans un Centre Commercial Gigantesque, Sol 2 qui est un circuit situé dans les nuages, Sol qui est un tracé sur une installation publicitaire flottant au dessus d’une ville, Vineta K qui est un circuit à moitié sous-marin sur un archipel..)

Les décors montrent le développement de l’humanité en marge de ce sport, pour le meilleur comme pour le pire, et la technologie avance y compris en course : Développement du Mag-Lock pour rouler sans prendre en compte la gravité (A la Verticale), armes absorbables pour récupérer de l’énergie, hubs simulant des anciens tracés…le jeu a su se diversifier sans trop changer sa formule.

Je vais maintenant aborder les épisodes sortis, dans leur ordre de parution cette fois, sachant que l’année à laquelle se déroule le jeu n’a qu’une importance de background bien minime. Et malheureusement, exception faite de WipEout 64 et WipEout XL sur PC, tous les jeux sont exclusifs aux consoles Sony.

WipEout, paru sur Playstation et Saturn en 1995

Wipeout [U] [SCUS-94301]-front

Premier épisode de la série, et jeu de lancement de la Playstation, WipEout se déroule en 2052. Quatre vaisseaux, Sept Circuits, le jeu saura se faire remarquer par la jouabilité, la bande son, et le moteur 3D fluide pour l’époque.

psx-396-31311957528

WipEout 2097 / XL, paru sur Playstation, PC, Saturn… en 1996

256px-WipEout2097Cover

Le second épisode se déroule en 2097 et intègre cette fois une jauge d’énergie par vaisseau, de nouvelles armes, et le jeu est amélioré graphiquement. On a huit circuits pour 5 vaisseaux, avec 4 classes de vitesse.

maxresdefault

WipEout 64, paru sur Nintendo 64 en 1998

covereu87v5

Se déroulant en 2098, il propose un contenu à cheval entre les deux premiers épisodes, avec des contrôles au stick analogique et un écran splitté.

main

WipEout 3 (Wip3out), paru sur Playstation en 1999

Wipeout 3 [U] [SLUS-00865]-front

Se déroulant en 2116, Wip3out propose un contenu plus conséquent avec 8 vaisseaux et 10 pistes. Il comprend les ajouts des versions précédents et des circuits prototypes qui sont des tracés buggés sur leurs textures, montrés en mode minimaliste, ainsi qu’une vue cockpit qui ne sera pas toujours présente. Une « Special Edition » sortira plus tard avec des tracés supplémentaires du 2097.

psx_wipeout3_2

WipEout Fusion, paru sur Playstation 2 en 2002

front

WipEout Fusion possède un style graphique passé en vraie 3D. Se déroulant en 2116, il comprend plus de vaisseaux différents et des environnements dont les pistes possèdent plusieurs variations. Avec l’apparition du mode Zone (survival avec un vaisseau accélérant tout seul) et du « mag-lock » qui permet des loopings et autres portions se jouant de la gravité, il est pas très aimé des fans pour son aspect graphique qui semble « coller » les vaisseaux au sol, tout comme l’évolution des stats des vaisseaux, et l’arme unique de chaque écurie.

fusion

WipEout Pure, paru sur Playstation Portable en 2005.

WipeoutPure_PSP_20050205

Premier épisode sur portable, se déroulant en 2197, WipEout Pure comprend 16 circuits, 10 Ecuries, 10 armes, et surtout bon nombre de packs téléchargeables gratuits gonflant le contenu de base, sans parler des circuits des précédents WipEout à débloquer. Jeu de lancement de la PSP, sa réalisation et son moteur graphique surprend.

WipeoutPure02

WipEout Pulse, paru sur Playstation Portable en 2007 puis Playstation 2

Wipeout_pulse_cover

Se déroulant en 2207, WipEout Pulse est certainement l’un des meilleurs de la série pour tout le contenu qu’il intègre : Le mode eliminator qui est un deathmatch, le retour du Mag-Lock pour des tracés avec des portions à la verticale, des nouvelles armes et des DLC payants avec tracés et vaisseaux, il reste un excellent WipEout très bien réalisé.

6259-WipeoutPulse11

WipEout HD + WipEout Fury, paru sur Playstation 3

wipeout-hd-fury-playstation-3-ps3-00a

WipEout HD n’est ni plus ni moins qu’un jeu comprenant du contenu de WipEout Pulse et Pure (pour les vaisseaux et circuits). L’extension Fury rajoute davantage de tracés, mais l’ensemble est un jeu WipEout on ne peut plus complet, en 1080p et 60 FPS, datant des débuts de la PS3 mais qui affiche une résolution en 1080p et 60 images par seconde. Et HD ne vaut le coup que si Fury est fourni avec, pour ses nouveaux modes de jeu et son contenu qui en fait 2 jeux en un !

wipeout-hd-fury-screen3-e24675

WipEout 2048, paru sur Playstation Vita en 2012

Wipeout2048-LOGO-600x300

Censé être le premier épisode de la série se déroulant en 2048 (le mag-lock apparaît déjà, ce qui est étrange), WipEout 2048 comprend cette fois 5 écuries avec 4 variations de vaisseaux chacune, et 10 tracés, avec un mode Zone et Eliminator fournis. Le jeu comprend une campagne solo et multijoueur sans possibilité de racebox (course libre), mais affiche une qualité d’affichage et une fluidité inouïe sur Vita.

WipEout 2048 a aussi connu une extension appelé HD et Fury, qui rajoutent séparément les contenus de WipEout HD et WipEout HD Fury. Ce qui vous fait au final un contenu gargantuesque au final, campagne solo, vaisseaux, tracés, et multijoueur cross-platform en prime !

wipeout-2048-4e4af53498cc0

La suite spirituelle : Formula Fusion, prévue sur PC et d’autres supports.

Après la fermeture de Studio Liverpool en 2012, les anciens de ce studio se sont ligués sous le studio R8 pour créer un clone destiné à l’E-Sport, désigné par The Designers Republic, avec des vaisseaux au look plus lourd mais dans le même style. J’ai personnellement hâte de voir le contenu final, mais cela semble prometteur !

7635ba_fd97b0947e404ae3b3a163da59d1dd74.jpg_srz_1902_1030_85_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz

Too Fast for you

WipEout comprend aussi un autre aspect hors du gameplay, c’est sa direction artistique, aussi bien graphique que musicale.

Sur le plan du design, on doit cela à une société, The Designers Republic, qui à confectionné tous les designs de la série depuis le premier épisode : Qu’il s’agisse des écuries, sponsors, décors des villes, ils ont laissé une patte futuriste, épurée, détaillée sur tout l’univers de WipEout, au fil des épisodes. Et même s’ils seront également présents sur Formula Fusion, j’espère qu’ils n’arrêteront pas leur travail sur cette série, tant l’ambiance instaurée est très bien réussite, avec un futur bardé de pubs, annonces, mascottes gonflables volantes, et de logos qui semblent sortis de vraies firmes à tendance asiatique qui existeront dans 70 ans.

Ensuite, abordons la partie musicale. Outre les voix digitalisées indiquant les tours et des évènements de course (prise d’armes / éliminations), toute la bande son des WipEout est résolument électro. Avec le temps, elle a su migrer avec les évolutions de ce style (un peu de Clubbing dans Pulse, et de la Drum And Bass avec des pointes de Dubstep pour WipEout HD Fury et 2048), et beaucoup d’artistes cultes sont passés par là : Cold Storage, The Prodigy, The Chemical Brothers, Daft Punk, NOISIA…

wipeout_hd___blue_streak_599

Au final, c’est le crash ?

WipEout, par ce savant mélange de gameplay, de musique électro, et de direction artistique, est vraiment un jeu à part qui mérite d’être essayé. Avec ses nombreux modes de jeux, ses vaisseaux, ses tracés dont l’apprentissage est la clé de votre réussite, WipEout n’est pas un jeu de course comme les autres, et même aujourd’hui il reste plaisant à jouer alors que la course futuriste est un genre sur le déclin. Il y a pas énormément à dire de plus car il n’y a pas de réel scénario, mais le gameplay mérite d’être essayé. Pour finir, je vous poste quelques vidéos in-game des différents épisodes et des tracés les plus impressionnants maniés à haute vitesse.

D’ici la, je vous donne rendez-vous pour le prochain article, et j’espère que celui-ci vous a plu !

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s