Test – Wario Ware Do-It-Yourself !

Warioware-DIY_NDS_US_ESRB

En fouillant dans mes jeux DS qui dorment sagement dans leur boîte, je suis retombé sur ce petit jeu avec une boîte jaune. Wario Ware, ça s’appelle, et c’est écrit Do-It-Yourself. Petite séquence nostalgie avec un jeu sorti sur les dernières années de la Nintendo DS, qui est une véritable boîte à outils pour le joueur inventif.

 

Work Time Fun !

Wario Ware vient d’acquérir le Crygor-matic 21, une sorte de machine révolutionnaire et simple d’accès qui permet de créer Jeux, Musiques, et des Strips de bande-dessinée. Wario vient de créer sa petite entreprise, faisant appel à vous et à ses amis des précédents Wario Ware pour développer ses jeux.

Le scénario ne casse pas des briques mais il fait office d’excuse pour créer du contenu dans ce jeu ; Tout comme Super Mario Maker, Wario Ware D.I.Y n’est pas totalement un jeu, mais il s’agit plus de « 50% jeu, 50% création ». Et ici, tout est mis en oeuvre pour apprendre à se servir du Crygor-matic 21, très simple d’utilisation.

StarfoxDIY-620x

Je vais passer vite fait sur les mini-jeux, qui reprennent la formule des précédents Wario Ware : quelques secondes, un mot pour définir le mini-jeu (Attrape ! / « Renvoie ! », par exemple), et la formule opère. C’est de l’automatisme, du réflexe, c’est absurde, et les mini-jeux s’enchaînent à la vitesse de l’éclair. Avec, pour chaque personnage, un « Boss » qui vous permet de regagner une vie (4 disponibles) pour continuer. C’est arcade, on enchaîne les mini-jeux plus débiles les uns que les autres, et c’est addictif.

J’aborde maintenant la création de mini-jeux : L’éditeur permet de créer, avec une limite de « taille » en « blocs », votre mini-jeu : Choisissez sa durée, faites les graphismes en pixel art avec des animations sur 4 frames possibles pour chaque élément : Pour être plus précis, chaque nouvel « élément » peut contenir jusqu’à 4 sous-éléments qui peuvent être animés de 4 manières différentes. C’est comme si votre Mario possédait des graphismes pour un état « immobile », un état « en mouvement », un état « gagné », et un état « perdu », par exemple.

Le décor pourra également être crée, et enfin vient la partie intéressante : l’I.A. Cette partie vous permet littéralement de programmer chaque élément de votre mini jeu, qu’il s’agisse du mouvement des éléments, de l’interaction tactile, des conditions de victoire ou de défaite, et même des sons. Le tout est très intuitif, regroupé sous des catégories, et vous êtes aiguillé à chaque choix possible dans vos variables. Je conseille d’ailleurs aux joueurs de faire l’histoire de Wario pour apprendre comment cela fonctionne, mais en y rejouant récemment, le tout reste intuitif, même aujourd’hui.

wariowareheader323

L’éditeur de musique, par contre, est aussi très bien implanté avec l’ajout de plusieurs pistes audio pour votre morceau, et de nombreux instruments. Cela peut être utilisé dans vos jeux ou dans un CD regroupant jusqu’a plusieurs bouts de morceau pour faire un micro album. Et les possibilités sont assez convaincantes, même si j’ai pas essayé de faire de la synthwave, encore.

Enfin, l’éditeur graphique, utilisé pour les Strips et les graphismes de vos jeux est impressionnant.Vous pouvez garder en mémoire vos éléments, faire du pixel-art avec la croix directionnelle, disposer de teintes 16-bit pour créer vos jeux, ainsi que de nombreux outils pour aider l’animation (grille, calques). Le résultat est juste bluffant, fait penser à Mario Paint, mais me surprend pour de la DS.

Note : Pour les strips, celui-ci est plus minimaliste et ne permet pas de nombreuses fonctions de celui fait pour les jeux.

 

Indie Mini-Game Maker

Les graphismes sont tantôt pixel-art, tantôt dans la veine de Wario Ware, un peu cartoonesques et délirants, le tout en 2D. Ca rend plutôt bien, et ça participe à l’ambiance barrée du soft.

Pour le coup, entre les sons Nintendo des mini jeux, les sons plus étranges d’autres mini jeux, et les sons de vos propres créations, ce melting-pot d’influences et de styles vous plaira aisément. Pas révolutionnaire, mais cela suffit.

Comptez également quelques heures pour gagner les mini-jeux des autres personnages et remplir le tuto-histoire. C’est certes pas énorme, mais l’intérêt est ailleurs, avec la création de contenu, qui permet bon nombre de délires.

wario-ware-diy

Le jeu ne comprend pas de DLC, mais comprend une composante multijoueur avec la connection cartouche et le Wi-Fi (aujourd’hui hors service) pour partager et récupérer les jeux d’autres joueurs (limité à quelques jeux par joueur partageables en même temps). Nintendo à d’ailleurs permis à certains guests de créer des mini-jeux avec Wario Ware D.I.Y, comme Edmund Mc Millen.

 

Super Wario Maker

En y rejouant aujourd’hui après avoir tâté entre autres de LittleBigPlanet et de Super Mario Maker, Wario Ware D.I.Y reste très plaisant dans les outils qu’il met à disposition du joueur. Qu’il s’agisse de s’entraîner au pixel art, ou de créer de petits morceaux de mélodie tout en créant un petit mini-jeu, on prend véritablement du plaisir à faire du contenu, sans que cela paraisse rébarbatif ou monotone. Et comme tous vos mini-jeux peuvent être joués à la suite / mélangés avec ceux du jeu pour créer un challenge de mini-jeux enchaînés, le fun se partage quand vous faites tester vos créations aux autres joueurs. Une très bonne pioche sur DS !

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s