Rétrospective – La Saga Metal Gear

Bonjour pour cette seconde rétrospective. Et je vous vois déjà venir avec le sujet abordé aujourd’hui. Ca fait presque un mois que l’épisode qui clôt la saga est sorti. Dans la douleur, dans l’incompréhension, mais surtout dans des remerciements.

Dans la douleur de voir ce scénario se finir, dans l’incompréhension des choix de Konami, mais dans un grand merci à Hideo Kojima pour nous avoir livré une licence de jeux d’infiltration dans une uchronie teintée de technologie, question nucléaire, et de nombreuses réflexions sous-jacentes que je détaillerai.

Metal Gear, ça raconte quoi ?

Il serait très compliqué de révéler toute l’histoire de Metal Gear au fil des jeux sortis. Je le ferai d’ailleurs un peu plus bas.

Mais pour en définir les grandes lignes, il s’agit pour faire simple d’un jeu traitant de la dissuasion nucléaire, des forces militaires privées et apatrides (parfois des mercenaires), avec une bonne dose d’espionnage, de personnages multiples et complexes, de retournements de situation ; La situation s’empire avec le quatrième épisode chiffré qui introduit de l’anticipation avec des nanomachines et des forces androïdes.

Le Metal Gear fait référence à un char bipède dont le concept fut inventé dans Metal Gear Solid 3 par Granin. Le concept connaîtra une pérennité avec Huey Emmerich, sa première épouse (Dr.Strangelove), et leur fils, Hal « Otacon » Emmerich.

Il en existe donc plusieurs sortes, qui possèdent tous comme caractéristiques d’être potentiellement capables de lancer une frappe nucléaire, faisant eux des unités de combat mobiles pouvant réellement peser dans l’équilibre de la terreur.

4641650-7785683171-Metal

C’est donc une histoire complexe, pleine de rebondissements, de réflexions sur l’armée et la question nucléaire mondiale, qui vous attend dans les prochaines lignes. Kojima n’a pas réalisé ses jeux selon une correspondance de timeline et de sorties, ce qui peut au final paraître très fouilli et brouillon. Mais en s’y penchant, c’est très complet (peut être trop), très méta, et pour le moins intéressant.

C’est bien beau tout ça, mais y’a combien de jeux ?

Il y a beaucoup de jeux dans cette licence. Hideo Kojima a voulu rendre son univers riche, développé, quitte à parfois partir dans du fantastique, ou des éléments capillo-tractés.

Du coup, je vais déjà exclure les jeux qui ne font pas vraiment partie de la chronologie :

  • Metal Gear Acid 1 et 2 sont sortis sur PSP, en 2005. Il s’agit d’un jeu de cartes tactique au tour par tour où les actions de Snake sont décidées par un deck de cartes, chacune permettant une action différente.
  • Metal Gear Rising : Revengeance : Sorti en 2013 par PlatinumGames, cet épisode se déroulant après Metal Gear Solid 4, en l’an 2018 ; Le jeu suit Raiden, alors membre d’une société militaire privée, affrontant une autre société privée, la Desperado.

Maintenant, il est temps de parler des jeux de la série Metal Gear Solid. Je les traiterai ici selon leur chronologie.

Je sors l’Alerte spoiler, car oui, je spoile dans mes rétrospectives, mais également car ça va être très long. Soyez prévenus.

1964 – Metal Gear Solid 3 : Snake Eater, sorti en 2004.

metal_gear_solid_3_wallpaper_by_professorlidenbrock-d5uqfj3

Se déroulant en 1964, MGS 3 raconte la première grande mission de « Naked » Snake, agent de la FOX. Il est chargé de retrouver Sokolov en Russie, et d’empêcher qu’il travaille avec l’ennemi. La mission est un échec : Snake est intercepté et laissé en sale état par sa mentor, The Boss, qui travaille par un groupe rebelle de la Spetnaz dirigé par le Colonel Volgin. Volgin utilise le Davy Crockett, une ogive nucléaire portative, pour faire croire à une incursion Américaine sur le sol russe.

Snake est récupéré puis renvoyé peu après sur la zone, pour disculper les américains et faire éclater la vérité. Cela inclut d’arrêter Volgin et The Boss. Snake sera aidé par deux agents de la NSA : ADAM et EVA. Seule EVA apparaîtra, et ils seront attaqués par Ocelot, qui prendra EVA en otage. Snake apprendra d’EVA que :

  • Volgin possède l’Héritage des Philosophes, une somme d’argent conséquente réunie par les nations victorieuses de la Seconde Guerre Mondiale.
  • Volgin possède le Shagohod, un prototype de char d’assaut se servant d’une propulsion de fusée pour envoyer des ogives ;
  • Volgin est épaulé par l’unité de The Boss, l’Unité Cobra.

Snake affrontera chaque membre de la Cobra, perdra un œil dans un interrogatoire, mais réussira à détruire le Shagohod et Volgin.

Dans un ultime combat, The Boss explique sa trahison ; Son rôle était d’obtenir la confiance de Volgin pour obtenir le Davy Crockett, (sans se douter qu’il s’en servirait). Sa mort serait donc un moyen de disculper les Etats-Unis, et d’être une traîtresse qui aura officieusement sauvé sa nation. Dans un combat où Snake s’en sort victorieux, il rentre en Amérique, où il apprend qu’EVA était une agent double du régime Chinois ; Or, ni lui ni elle ont obtenu des infos sur l’Héritage des Philosophes.

Naked Snake, devenu Big Boss, quitte la FOX ainsi que Major Zero, chef de la FOX.

Ocelot, qui se révèle être du côté Russe, « Philosophes », Américain, enquête sur cet Héritage des Philosophes.

1970 – Metal Gear Solid : Portable Ops, sorti en 2006.

00571012-photo-metal-gear-solid-portable-ops

Se déroulant en 1970, on commence emprisonné ; la FOX est accusée par le gouvernement américain d’être des rebelles. Big Boss, Roy Cambell, Major Zero forment la FOXHOUND, afin de réparer leur image et de mettre fin à la vraie fausse FOX, dirigée par un certain Gene.

Durant l’histoire, on rencontre un certain Null, faisant partie de la FOX ; Il sera révélé que son vrai nom est Frank Jaeger, et que Big Boss connaît ce soldat. Mais la FOX dispose de moyens plus dangereux, comme un Metal Gear (RAXA). Big Boss parvient à battre Gene, et lui octroie tous les moyens de la FOX : Argent, Soldats, et de quoi fonder un pays militarisé.

Pendant ce temps, Ocelot, qui était à la recherche de l’Héritage des Philosophes, l’obtient en tuant le chef de la CIA et la liste des « Philosophes ».

Big Boss, Ocelot et Major Zero utiliseront cet héritage pour former les « Patriotes. » Mais diverses tensions font que Major Zero commence le projet « Les Enfants Terribles » (clones de Big Boss), et forme sa propre organisation secrète, Cipher.

1974 – Metal Gear Solid : Peace Walker, sorti en 2010.

metalgearsolidpeacewalker6

Se déroulant en 1974, Big Boss dirige avec Kazuhira Miller « Militaires sans Frontières », une armée apatride et apolitique aidant quiconque en à besoin.

Leur première grosse mission leur est donnée par Galvez et Paz, qui expliquent que le Costa Rica est oppressé par une armée inconnue ayant des armes nucléaires. Pour cela, ils leur offrent une base off-shore dans les caraîbes, la Mother Base.

Au gré de la mission, Big Boss rencontre Amanda, chez de la résistance du Costa Rica, et Chico, un enfant soldat. Plus tard, ils découvriront le vrai visage derrière l’armée : Hot Coldman, un agent de la CIA voulant se servir d’un Metal Gear (Le Peace Walker) pour lancer un test réel de dissuasion nucléaire automatisé.

Le Metal Gear est crée par Huey Emmerich et Dr.Strangelove, qui seront recrutés par Militaires Sans Frontières.

Alors que la situation escalade en potentiel conflit thermonucléaire entre la Russie et l’Amérique (avec une menace d’attaque de Cuba), le Peace Walker, dirigé par une IA recréant The Boss, décide de se sacrifier en se noyant dans un lac.

Alors que Huey et The Boss créent leur propre Metal Gear, le ZEKE, Paz le vole pour le compte de Cipher, car Big Boss aurait pris « le mauvais chemin. » Elle prévoit d’attaquer l’Amérique pour accuser Militaires Sans Frontières, mais le ZEKE est détruit par Big Boss.

Devant cet événement, Militaires Sans Frontières décide de créer sa nation, « Outer Heaven ».

1975 – Metal Gear Solid V : Ground Zeroes, paru en 2014.

mgsvgz

Ground Zeroes commence avec une mission de sauvetage sur une île contenant un camp de prisonniers, où se trouverait Chico, torturé par Skull Face, dirigeant du groupe XOF qui aurait un lien avec Cipher. Big Boss décide d’y aller même si ce SOS semble louche, pendant que l’Agence Internationale de l’Energie Atomique décide d’inspecter la Mother Base à la recherche d’armes nucléaires, sachant que la Mother Base contient encore le Metal Gear ZEKE.

La mission se déroule comme prévu avec le sauvetage de Chico et de Paz (qui a survécu), mais lors du retour à la base en hélico, la Mother Base est lourdement attaquée et détruire, et seul Snake et Kaz arrivent à fuir.

Egalement, Paz contenait deux bombes dans son corps ; L’une a été retirée, l’autre explose alors que Paz se jette dans le vide pour sauver Snake. L’hélico dérive et s’écrase. S’ensuit un coma de 9 ans pour Big Boss.

1984 – Metal Gear Solid V : The Phantom Pain, paru en 2015.

1426872935-mgsv

The Phantom Pain commence en 1984. Big Boss est amputé d’un avant bras et possède un shrapnel dans la tête. Après une attaque mystérieuse de son hôpital par Cipher, il réussit à s’enfuir avec l’aide d’Ocelot qui a reformé une base en haute-mer de fortune. Militaires Sans Frontières est devenu Diamond Dogs, et va traquer Cipher.

Après avoir sauvé Kaz, Big Boss découvre les activités de Cipher en Afghanistan, alors en proie aux derniers conflits de la guerre froide entre Moudjahdines et forces Communistes ; Ils rencontreront la XOF, avec ses forces spéciales (les Skulls), et son chef Skull Face, qui possède un Metal Gear (Sahelanthropus) crée avec Huey, forcé de travailler pour eux.

Big Boss fera en sorte de récupérer Huey, ainsi qu’une sniper silencieuse, Quiet, dont les capacités surhumaines sont dûes à des expériences de Cipher.

Big Boss rencontrera également Eli, un enfant soldat chef d’une unité et très impertinent.

Alors que Big Boss affrontera Skull Face et le Sahelanthropus, Eli prendra contrôle du Sahelanthropus avec Tretij Rebenok, un enfant lévitant avec un masque a gaz et des pouvoirs psychiques que Snake à déjà vu dans l’hôpital.

Ces deux derniers s’enfuiront, et seront plus tard ceux que l’on connaît comme Liquid Snake et Psycho Mantis.

1995 – Metal Gear, paru en 1987.

metal-gear

Se déroulant en 1995, il raconten une des premières grandes missions de Solid Snake, envoyé sur Outer Heaven pour retrouver l’agent Frank Jaeger, appelé aussi « Gray Fox ». Big Boss se révèlera être derrière la mission, lui laissant du temps pour créer le Metal Gear. Big Boss survécut à la destruction de la base.

1999 – Metal Gear 2, paru en 1990

Metal_Gear_2_Boxart

Metal Gear 2 se concentre sur la mission de Zanzibar, où Big Boss aurait survécu aux évènements précédents.

Solid Snake est attaqué par Gray Fox pilotant un Metal Gear (R). Le Metal Gear est détruit, et le duel se poursuit dans un champ de mines. Gray Fox est laissé pour mort, mais Big Boss attaque Solid Snake. Solid Snake s’en sort victorieux, et apprend que Big Boss était son père.

Les Patriotes retrouvent le corps de Big Boss, et le conservent en cryogénie pour ses gènes, ce qui cause le départ d’Ocelot, peu enclin avec ce plan.

2005 – Metal Gear Solid, sorti en 1997.

8b241e1b03399096931799c1809c3fab20150319140957

Se déroulant en 2005, la FOXHOUND dirigée par Liquid Snake, possède une force armée à Shadow Moses en Alaska. Ils passent à l’offensive si un milliard de dollars et le corps de Big Boss ne leur sont pas remis sous 24 heures. Solid Snake est envoyé en mission.

Roy Campbell envoie Solid Snake, qui doit sauver deux otages : le Chef de la DARPA et de ArmsTech. Solid Snake trouve le chef du DARPA, qui meurt d’une attaque cardiaque ; Il trouve également le second otage tenu en otage par Ocelot. Un ninja cyborg apparaît et met fin au duel en coupant le bras d’Ocelot.

Snake sauvera Meryl, la fille de Roy Campbell, et Hal « Otacon » Emmerich, le fils de Huey Emmerich, ouvrier malgré lui sur le Metal Gear REX, que possède Liquid Snake. Snake réaffronte le Ninja Cyborg, et comprend une part du plan de Liquid Snake : Recréer un Outer Heaven, une nation indépendante militarisée, avec l’aide de Sergei Gurlukovich, possédant une force armée Russe.

Durant un duel contre le Metal Gear Rex, le ninja se révèle être Gray Fox, maintenu en vie dans un exosquelette furtif, et se sacrifie en détruisant le système de guidage (Radôme) du Metal Gear Rex.

Un ultime duel à lieu entre Liquid Snake et Solid Snake, mais Solid Snake s’en sort victorieux.

Ocelot révèle l’identité du Président des USA, qui n’est autre que le troisième clone de Big Boss, Solidus Snake.

2007 et 2009 – Metal Gear Solid 2 : Sons Of Liberty est sorti en 2001.

04db7050a1edbf9be7ae1ba14932144220150325215848

Le jeu se divise en deux parties ;

En 2007, l’incident du Tanker où Solid Snake, aidé d’Otacon sous leur groupe « Philanthropy », tentent d’enquêter sur ce bateau ; Ils rencontrent une résistance dirigée par Olga Gurlukovich. Les Marines Américains reçoivent un speech sur le Metal Gear RAY ; La cérémonie tourne court, avec Ocelot (ayant greffé un bras de Liquid Snake) qui intervient, tue Sergei Gurlukovich, et s’en empare. Un drone ayant photographié Solid Snake avant, Philanthropy est reconnu coupable de l’incident du Tanker et du vol du Metal Gear RAY.

En 2009, pendant que les Patriotes ont manipulé l’information pour inculper Solid Snake, une plateforme pétrolière, la Big Shell, est victime d’une prise d’otages.

Le chef des preneurs d’otages serait soi disant « Solid Snake », et le 44è Président des Etats-Unis serait parmi les otages.

Ce groupe se fait appeler « Sons of Liberty », et demande 30 milliards de Dollars sous peine de détruire la Big Shell.

La FOXHOUND (dont j’arrive plus à savoir son côté, du coup) envoie Raiden, un agent formé en réalité virtuelle pour effectuer le sauvetage et la fin de cette opération terroriste. Il sera aidé par un soldat errant, un certain « Iroquois Pliskin ».

Au fur et à mesure de la mission, les masques tombent : L’otage n’est pas le Président des Etats-Unis, le chef de l’Opération n’est autre que Solidus Snake aidé de l’unité « Dead Cell », et Pliskin est en réalité Solid Snake. Quant à la Big Shell, ce serait un Metal Gear géant, « L’arsenal Gear » qui contient une I.A des Patriotes.

Raiden et Solid Snake feront la rencontre d’Emma Emmerich, la demi-soeur d’Otacon, qui va tenter de pirater l’I.A Patriote. Elle sera tuée par Vamp, l’un des membres des Sons of Liberty.

Ocelot revient et explique que toute l’opération n’est en réalité qu’une re-création de la mission de Shadow Moses orchestrée par l’I.A Patriote pour tester Raiden. Cette même I.A demandera à Raiden de tuer Solidus Snake. Devant toute cette manipulation, il sera en guerre contre les Patriots.

2014 – Metal Gear Solid 4 : Guns Of the Patriots, paru en 2008.

291921

Se déroulant en 2014, Ocelot est totalement possédé par Liquid Snake et devient Liquid Ocelot. Solid Snake, qui vieillit vite, est appelé Old Snake.

Les Sociétés Militaires Privées guident le monde, et Liquid Ocelot possède la plus grande.

Les Nations Unies envoient Old Snake tuer Liquid Ocelot, qui a pour but de récupérer les données biométriques de Big Boss pour posséder entièrement l’I.A des Patriotes. Old Snake pourra compter sur Raiden, qui a pris les traits d’un Ninja Cyborg.

Liquid Ocelot obtient le corps de Big Boss et supprime toutes les SMP ; Sans concurrence, il retourne chercher le Metal Gear Rex à Shadow Moses. Old Snake s’infiltre sur place, et récupère avant Liquid Ocelot le Metal Gear Rex ; Liquid Ocelot, dans son Metal Gear Ray, l’affronte. Les deux hommes sont sévèrement blessés et continuent leur duel sur Outer Haven, la plateforme servant de base à la SMP de Liquid Ocelot.

Old Snake arrive à implanter un virus qui détruit toute l’I.A des Patriotes, supprimant les nanomachines du monde entier. Un dernier duel à mains nues à lieu entre Old Snake et Liquid Ocelot, et Old Snake s’en sort.

Old Snake, ayant peu de jours à vivre, vient se recueillir sur la tombe de Big Boss. En voulant se suicider, il est interrompu par un homme qui se trouve être Big Boss, accompagné de Major Zero en fauteuil roulant.

Big Boss explique l’erreur de l’I.A Patriote dûe à Major Zero, et avoue que sa vision du monde à beaucoup divergé de celle de The Boss. Il coupe l’arrivée d’oxygène de Major Zero (qui meurt), et les deux hommes se réconcilient, Big Boss mourant dans cette dernière accolade.

Voila. J’en ai fini avec la Timeline.

Si vous voulez avoir plus de détails sur la timeline, je vous confie un lien avec la timeline complète de la série.

http://metalgeartimeline.com/

Aussi, je n’ai pas précisé les supports des jeux, car la série MGS à surtout été publiée sur Playstation : Vous pouvez vous orienter vers la Legacy Collection (MGS 3 / Peace Walker / MGS 1 / MGS 2 / MGS 4) où, a défaut, la HD Collection (MGS 3 / MGS 2 / Peace Walker), compilant plusieurs jeux.

Et ça évoque quoi, dans tout ça ?

Metal Gear Solid brasse beaucoup de sujets, contient beaucoup de références. Mais parlons de son créateur, Hideo Kojima, qui est un cinéphile dans l’âme. Quand il a eu l’opportunité de créer des jeux vidéos, il a crée Policenauts, une histoire interactive dans un monde cyberpunk, et plus tard Zone Of The Enders, un jeu à tendance cyberpunk également, avec conquête spatiale, mechas, et séquences dignes d’Evangelion.

Mais Metal Gear Solid, lui, c’est son plus gros bébé. Et on va commencer par les références.

  • Snake est une référence directe à Snake Plissen de New York 1997 et Los Angeles 2013. Badass, désinvolte et foutrement efficace, ce mercenaire à inspiré Snake, sauf que notre héros virtuel tient plus des méthodes non-léthales.

Snake-Plisskin

  • Dr.Strangelove est une référence au personnage du film éponyme de Stanley Kubrick, Dr.Strangelove : How I Learned To Stop Worrying And Love the Bomb. Profitons de cette occasion pour faire le parallèle entre le Peace Walker (Char bipède automatisé d’attaque et riposte nucléaire) et la « Doomsday Machine » du film qui enclenche, sur simple frappe sur le territoire, le lancement en riposte de toutes les ogives nucléaires du pays, le tout par ordinateur.

Strangelove tumblr_nuo6y2M0PG1upbe5jo1_500Dr. Strangelove et Dr.Strangelove, interprété par Peter Sellers.

Ceci fait également penser au film « War Games » par l’intermédiaire du WOPR, un ordinateur chargé lui aussi de la riposte nucléaire automatisée Américaine, qui finit par déduire, après une série de calculs, que l’escalade nucléaire est comparable à une partie de Tic-Tac-Toe nulle : tout le monde perdra. C’est d’ailleurs ce qui risque d’arriver si le Peace Walker avait effectivement fonctionné, mais ce dernier préfèrera se sacrifier. (Petit conseil : Le jeu DEFCON pourra vous intéresser aussi, si la guerre thermonucléaire est votre truc)

Irving-Metzman-as-Richter-standing-next-to-the-WOPR-War-Operations-Plan-Response

  • Le nom de « Hal » pour Otacon est inspiré de 2001 : L’Odyssée de l’Espace. Tout comme le diminutif « Dave », qui renvoie au prénom David, le vrai prénom de Snake.

Ensuite, parlons des sujets abordés.

  • La question de l’idéologie est mise en corrélation avec le libre arbitre d’un soldat et de celui qui le dirige : C’est notamment le cas avec le final de Metal Gear Solid 3, où The Boss explique qu’elle a sauvé son pays en le trahissant. Elle voulait acquérir un moyen de défense pour son pays, quitte à être jugée comme traîtresse. Ici, le dirigeant est montré comme celui qui a usé d’un soldat comme d’un pion ; postulat qu’a refusé Naked Snake / Big Boss, en formant sa propre nation armée, en laissant primer ses idées sur ses ordres.

Ce qui, au final, le rendra pas si différent d’un groupe de mercenaires, ce qui impute le côté « manichéen » de Metal Gear Solid. Les USA sont condamnables à la fin de MGS 3 pour ce qu’ils ont fait à Snake et The Boss, mais Big Boss est devenu chef d’une force armée indépendante, le rendant pas si « bon » que ça.

  • La question de l’arme nucléaire est omniprésente ; Dissuasion nucléaire, Guerre Froide, Automatisation ou Non de la frappe nucléaire : tous ces paramètres ont déjà fait l’objet de débats, et on peut encore en trouver des traces aujourd’hui. Metal Gear Solid renvoie la question au joueur, et le laisse même responsable dans Metal Gear Solid V : Il est possible qu’en multijoueur, l’ensemble des joueurs arrivent en paix nucléaire, à savoir démanteler toutes les ogives produites, avec cinématique et speech à l’appui. Bien sûr, Kaz nous rappelle que cette paix est fragile et que le status quo dure qu’avec la volonté de chaque acteur ; Allez convaincre chaque joueur, qui dirige virtuellement une société militaire privée, d’oublier la puissance atomique alors que le voisin y renonce.
  • Egalement, abordons le cas militaire : Je n’aborderai pas tellement en profondeur le cas des enfants soldats, qui ne peuvent être tués dans MGS V sans risquer l’échec pur et simple de la mission (prenez des armes non-léthales). Cette situation existe encore dans certains pays pour leur facilité de recrutement et d’embrigadement, et deux personnages de la série (Frank Jaeger et Raiden « Jack the Ripper ») ont connu cela par le passé. C’est hélas une triste réalité que les enfants poussés au front avec des drogues dans le sang pour supporter la douleur et porter une kalachnikov. Metal Gear aborde le sujet, dans certains épisodes, comme un triste volet des guerres.
  • C’est surtout le cas des Sociétés Militaires Privées qui nous intéresse : Qu’il s’agisse de Militaires Sans Frontières, Diamond Dogs, Outer Haven, on est ici en présence de forces militaires sans nation ni rattachement (inter)national propre. Il s’agit de groupes militaires qui se vendent au plus offrant, pour des opérations secrètes ou pour aider des forces régulières. Cela existe aujourd’hui encore (Le cas de Blackwater, SMP américaine, ou de l’emploi de SMP pour les opérations y’a quelques temps pour la Crimée) et pose une réelle question de leur contrôle, et leur croissance au détriment des forces armées régulières. Danger ? Aide ? Tom Clancy abordait aussi le sujet, et le fait qu’un pays entreprenne de « louer » des sociétés d’hommes armés m’effraie quelque peu.

23797663

  • Enfin, le développement des Nanomachines, Intelligences artificielles, et d’une guerre où l’humain s’en remet à / se fait remplacer par / ne jure que par des machines à quelque chose de déshumanisant et d’effrayant. On possède aujourd’hui des drones employés par l’Armée US pour des assassinats, et la question des androîdes tueurs (c’est pas une blague) est sujette à débat auprès de spécialistes.

Est ce que ces points permettent d’affirmer que Metal Gear Solid est une oeuvre prônant la guerre et la violence ? NON. D’ailleurs, ceux ayant ce constat sont de vrais imbéciles. Cette série prône le pacifisme, et même si le message est parfois cynique, il reste en filigrane une certains idée de recherche de la paix. Difficile certes, mais possible.

Même le jeu vous incite à le faire. A ne pas tuer. Votre arme par défaut est un silencieux à balles hypodermiques, histoire d’endormir la cible. Vos résultats et rangs de mission tendront vers le bas si vous êtes adepte de méthodes léthales. Rappelons qu’il s’agit d’un jeu d’infiltration, et que même si le choix est laissé au joueur d’user ou non de la violence, Kojima souhaite vraiment inciter le joueur, dans le gameplay, à employer la méthode la plus pacifiste possible.

Après, petit point intéressant, Metal Gear Solid comprend entre autres deux composantes qui font sa richesse et un apport au jeu vidéo.

  • Tout d’abord, le langage cinématographique. Qu’il s’agisse de longs dialogues, monologues, cinématiques, ou de l’écriture des personnages, Kojima est effectivement un cinéphile qui marie le 7è Art au jeu vidéo. Ca pleut de références, de séquences précises, de personnages uniques, et de boss hauts en couleurs ; Croyez moi, chaque boss de Metal Gear Solid est inoubliable. Qu’il s’agisse d’un sniper centenaire qui peut mourir de vieillesse si votre sauvegarde tourne 3 jours après sa première rencontre, ou un psychiste qui lit dans votre carte mémoire de Playstation…)

MGS_Bosses 420333_10150593587855986_677164949_n metal-gear-solid-4-guns-of-the-p-4Quelques exemples de boss.

Votre 4è mur va voler en éclats, et Kojima va s’amuser à en détruire chaque atome : Mécanismes cachés dans des cinématiques pour aider (ou non) la progression / compréhension de l’univers, des éléments détournés comme un boss que l’on peut « tuer » qu’après un Game Over, des faux messages d’erreur… Kojima à rendu son oeuvre éparse, pleine de surprises qui vous font passer un moment unique.

  • Aussi, même si j’ai parlé des personnages, une grosse composante humoristique est présente, ainsi que des « Easter Eggs » (éléments cachés amusants). On peut citer entre autre le soldat Johnny Sasaki, provenant d’une lignée de soldats tous nommés Johnny qui ont tous la diarrhée ; Le fait de pouvoir s’infiltrer dans une boîte en carton ; Employer des magazines de pin-up pour divertir l’adversaire, et j’en passe. Metal Gear Solid ne se prend parfois pas au sérieux malgré les thèmes abordés. C’est tout de même le seul jeu où je vois un antagoniste principal reconnaître son officier et amant avec une saisie des testicules.

mgs-620x« Chat-Bite ! »

En bref, c’est du Solide ?

Metal Gear Solid s’est donc arrêté avec Metal Gear Solid V. Et il m’est dur de tout citer en détail. Ces jeux sont à faire. Tout simplement. Passer à côté revient à faire l’impasse sur l’une des plus grosses licences du jeu vidéo, qui a apporté tellement à l’infiltration, à la mise en scène vidéoludique, et à l’écriture vidéoludique. Il y  a juste trop à en dire quand on a joué à toute la saga, et mes 4000 mots (et des poussières) composant cette rétrospective me semblent encore trop pauvres pour tout aborder.

Et même quand je pensais que Metal Gear Solid V serait un très bon jeu, ses possibilités en jeu, l’histoire de sa conception avec les déboires Kojima – Konami, ainsi que celle qu’il raconte dans une période manquante de l’histoire de la saga, j’ai été encore une fois surpris.

Merci, Mr.Kojima. Si j’avais pas accordé sa chance à cette licence, je ne serais probablement pas un vrai joueur.

snake

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s