Test – Danganronpa 2 : Goodbye Despair !

004

Un an après la sortie du premier volet de Danganronpa T.H.H sur Vita, le second épisode, intitulé Goodbye Despair, arrive sur nos consoles portables. Tout comme le premier, il s’agit d’un remake d’un visual novel paru sur PSP (Super Danganronpa 2), porté et agrémenté de fonctions tactiles. Mais qu’en est il par rapport au premier ?

Note : Cette review aura BEAUCOUP de points communs avec le premier. Que je recommande impérativement de faire, car de nombreux points pourront paraître incomplets sans connaissance du premier volet.

Hope ? Really ?

Vous êtes Hajime, un étudiant allant faire sa rentrée à la Hope Peak Academy. Une école ou les élites de leur spécialité vont, avec un recrutement fait par enquête et sur invitation. Comble du hasard, l’école accueille aussi des étudiants qui n’ont pas cette chance. Mais quiconque vient à la Hope Peak Academy à son avenir tout tracé et un futur radieux qui l’attend.

Hajime, en voulant entrer, perd la mémoire, se retrouve dans une classe avec 15 autres étudiants qui ont subi la même chose, chacun des élites dans leur domaine (Dresseur, Athlète, Manager, Cuisinier)…Mais la classe n’est qu’un décor, et cache une île donnant lieu à un voyage de classe, dirigé par Usami, une lapine enjouée voulant motiver les étudiants.

Cette dernière est vite écartée par Monokuma, un ours bicolore transformant le voyage en murder party géante. Quiconque tue un autre étudiant peut prétendre à sa liberté ; S’il est démasqué lors d’un procès, il est tué ; S’il n’est pas démasqué, tous les autres sont tués sauf lui, qui gagne sa liberté.

Quand j’ai commencé le jeu, j’ai été mitigé par l’aspect très similaire au premier, mais je reviendrai dessus ; Toutefois, l’écriture, le suspense, et les affaires proposées sont tout aussi haletantes que le premier volet, avec une difficulté revue à la hausse, et des cheminements intellectuels poussés.

DGRP2_PT_01_thumb

Comme le un, on dispose d’un monde en 2D façon point and click pour bouger entre les zones de l’île, interagir avec le décor, et un gros aspect visual novel avec des dialogues. A noter que le « Re:Action » du 1, qui permettait d’approfondir des points d’un dialogue, à disparu dans ce second volet.
Les interactions en temps libre n’ont pas changé, ni les skills à gagner, qui sont maintenant liés à des fragments d’espoir gagnés par les dialogues avec les autres étudiants.

Les procès ont été repensés, qu’il s’agisse d’une refonte de certains mini-jeux ou de nouveaux. Même si le Rebuttal Showdown (débat), entièrement tactile, me déplaît, le Logic Dive (Supposition) est plutôt sympa, et les nouvelles versions du Hangman Gambit (hypothèse) et du Panic Talk Action (Face à Face) sont changées pour être légèrement plus complexes.

Despair Slaughter

Graphiquement, rien n’a changé, globalement, de la 2D avec même de la 2,5D lors de l’exploration et pour des mini jeux.

Pour la bande son, ce fut une semi déception, car soit les musiques sont directement reprises du premier volet, soit elles sont remixées avec un rythme similaire mais d’autres sonorités. Certes, y’a de nouvelles musiques, mais on sent globalement dans les rythmes que y’a de la repompe du premier.

2687367-2014-09-19-112515

Passé le quatrième Procès, j’en étais à 22h de jeu, ce qui est énorme. Les procès sont plus longs, coupés en deux parties, mais l’histoire est loin d’être rushée, elle prend son temps pour se mettre en place.
J’ai fini le jeu aux alentours de plus de 30 heures de jeu. Et c’était plus de 30 heures bien utilisées. Le post end-game propose un roman graphique, une timeline alternative, et un mode de jeu avec Usami que j’ai pas testé, tout comme un mode gallery avec masse de trucs à débloquer.

KEEP CALM AND EMBRACE DESPAIR

J’étais déjà mitigé avant le premier procès sur le mécanisme de débat de scénario, ressemblant beaucoup au premier. Et aussi la musique. Etais-je en face d’une suite flemmarde ? J’ai pas perdu espoir et j’ai poussé. Et plus cela avançait, plus les affaires étaient très bien ficelées, et mon impression de base n’était qu’un piège de Monokuma. Ce n’est pas une suite flemmarde. C’est fait exprès pour que vous ressentez ça. Car au moment où vous le supposerez le moins, le jeu montrera qu’il pousse encore plus loin la folie dans l’écriture et le développement de ses protagonistes, tout comme son propos.

Et, si vous pensez que la fin du premier épisode était déjà assez pétée, alors moe, fhsfnskjhgfjvfvdnvoiknvnksgvsjh-vskbjshgfjsdhfgksbf-vdkfjbvhjdgbsjc%)’çà »ç( !àç(-(‘èç(§çèéè§ç§èç§èçNOSPOILER(èç’ !§(« !è(§(çp(ERASEDATAç(è!!hri !èdhniuyniurçà’è§ç !§ !è§(FORGETEVERYTHINGç’ !è(« !§(LOSEHOPE« ‘è »ç !§èEMBRACEDESPAIR ! »è!ièty !§ !è’§( !觠!è§iyeREACHFORYOURFUTUREo »è(çà !’è( !ç’§(ç !’è§(‘THINKABOUTNIHILISM !è!it !çtèe!to§ »’o » !è(ç »'(o !’ »§( ! »’§( !èo§è

Bon, je crois que vu que la fin m’a tellement retourné, mon ordi à fait une erreur d’encodage pour pas spoiler accidentellement. Quoi qu’il en soit, maintenant, j’attends que Danganronpa 3 sorte. Vu comme cela m’a retourné le cerveau, le trois risque d’être encore plus renversant.

20140228112722

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s