XXXII – La Censure

Je prends le temps d’écrire un petit article en ce mois, , pour parler d’un sujet assez intéressant, la censure. Alors, il se peut que je l’aie abordée lors de précédents articles, mais je vais préciser mon propos, en rapport à une histoire sur un réseau social qui servira de base à l’article.

 

Un photographe à publié un « teasing » d’un futur shooting qu’il avait réalisé. La photo était cadrée sur une entrejambe féminine, une pose simple, ou l’entrejambe a été retouchée afin que rien ne soit visible. Et en effet, même en zoomant, rien n’est visible ou peut suggérer un contenu à caractère sexuel. Je passerai ici mon avis sur les « photographes » de nos jours, et l’art photographique actuellement.

Toutefois, la photo à été signalée par des utilisateurs, et à été retirée du site. C’est ce qui m’a fait interroger sur la censure, et je comptais écrire un petit article là dessus : En quoi cela consiste, si elle est forcément néfaste, et si elle est bien appliquée.

La censure, dans son principe, consiste à restreindre une expression de la pensée, de l’idée, pour des raisons plus ou moins sérieuses, et de manière absolue. Par exemple, en Chine, certains sites Internet sont censurés, et l’entrave se constate par l’impossibilité d’accéder au site.

 

Autre exemple : Je suis un dictateur, un artiste fait un tableau de moi diffamant ou remettant en cause le système en place. Le censurer peut très bien résulter dans la destruction de l’oeuvre, son interdiction de représentation au public, ou dans l’interdiction pour cet artiste (et d’autres) d’aborder à l’avenir certains sujets déterminés.

 

La censure. Instrument de coercition, de restriction, de direction des idées de l’individu.

 

En reprenant mes exemples et en regardant ceux actuels, la censure a été, est, et existera toujours, quoi qu’il arrive. C’est triste à dire, mais on aura tout le temps quelqu’un qui voudra interdire ou restreindre la pensée d’autrui, qu’importe le moyen qu’il utilise pour l’exprimer.

En même temps, je dis ça, j’ai désactivé les commentaires sur ce blog. Peut-être pour éviter les spams, car je n’ai pas envie de réponses ou de commentaires insultants. Ou de personnes dont la vie doit être tellement ennuyante qu’ils aiment s’offusquer pour des causes qu’ils tirent eux-mêmes vers le bas par leur simple rattachement à elles.

La censure est donc, généralement, mal vue. Mais est-ce aussi simple que ça ? Dans l’esprit d’une personne appliquant la censure, quel est son désir en voulant censurer une expression ?

  • Veut t’il satisfaire à un caprice personnel où réduire au silence toute forme éventuelle de contestation à une idée, opinion donnée ?
  • Veut t’il censurer afin de réellement protéger, d’éviter de faire courir un risque, maintenir harmonie et stabilité ?

C’est pas si simple que ça, et on peut prendre plusieurs exemples et y réfléchir. Et même certains cas peuvent se rapporter à de la censure.

  • Censurer les spectacles de Dieudonné. Est-ce une censure pour garantir l’ordre public afin d’empêcher une personne aux propos « antisémites » de se produire, afin de ne pas porter atteinte aux autres croyances, peuples, idéologies, dans le respect de la liberté d’expression ? Ou alors, est-ce pour nuire volontairement à un « artiste » en l’empêchant de faire son travail et, par un effet domino, de véhiculer ses opinions polémiques ?
  • Qu’il s’agisse de Delphine Batho, d’Arnaud Montebourg, de Benoît Hamon, qui ont tous remis en cause certaines lignes directrices du gouvernement, lors du quinquennat de François Hollande.

Les remaniements ministériels, qui les ont évincés du gouvernement. Etait-ce pour assurer une « cohésion » des idées du gouvernement et éviter le risque d’un ralentissement et d’une entrave à la politique d’un pays ? Ou était-ce juste pour évincer ceux qui osaient avoir une idée contraire à la politique du gouvernement ? Car ces ministres « frondeurs » rapidement évincés, qui ont donné lieu à trois remaniements ministériels depuis le début du quinquennat, c’est la preuve d’une cohésion et d’une ouverture d’esprit infaillible de nos dirigeants…

Censure et Liberté d’Expression font généralement bon ménage, même si les deux notions semblent contraires. On ne peut pas garantir une liberté d’expression totale si l’on ne met pas de règles pour régir la liberté.

Exemple : On supprime toutes les entraves à la liberté d’expression. On autoriserait donc les propos négationnistes, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes, (insérer un type de propos visant X groupe de personnes, d’idées…)

Toute liberté à BESOIN de censure. C’est triste à dire.

 

Mais reprenons mon exemple de la photo, qui parlait de nudité.

Certains sites, DeviantArt par exemple, possèdent des filtres d’âge : Des « Mature Filter ».

En gros ? Le désactiver sur son compte (par âge ou sur option) permet de voir des contenus à caractère suggestif, sexuel, sanglant, violent…et permet pas aux non-inscrits / plus jeunes de voir du contenu qu’ils n’ont pas à voir pour éviter de choquer, de déranger.

La censure est en deux étapes, si l’on est exact : Outre le filtre, celui qui poste le contenu peut décider ou non de restreindre l’accès à ceux ayant désactivé le filtre, afin de respecter les jeunes utilisateurs.

C’est donc une sorte de confiance assez réciproque. L’artiste respecte les potentiels visiteurs qui ne devraient pas voir ça et de l’autre côté, le site assure une expérience optimale pour ses visiteurs.

Bien sûr, faillir à cette confiance peut s’avérer gênant : Toute œuvre n’ayant pas respecté ce filtre peut être signalée et, après vérification, peut résulter d’une suppression du contenu sur le site, ou de la suspension du compte.

Une double censure, en amont (créateur) et en aval (mature filter et programmation du site), donc.

 

Par exemple : Je m’étais connecté sur le site. J’ai vu une image dessinée d’un personnage de dos, avec un bout d’organe génital visible avec des fluides corporels dessus. Je me suis connecté et j’ai signalé l’oeuvre.

Pourquoi ? Par animosité ? Car je suis un « social justice warrior / Nazi de la censure » ? Non.

Car je pense au jeune enfant qui irait sur Internet et qui ne devrait pas voir une rule34* de Bowser Jr. alors qu’il ne le souhaite pas.

Car je ne suis pas égoïste, et je me mets dans la tête du gosse qui pourrait découvrir sans pour autant être gêné par des choses qui altèrent sa vision des choses. Et qu’il pourrait transmettre par l’école (je pensais à la vulgarité, par exemple, ou à la violence.)

Car si vous voulez faire de meilleurs êtres, tâchez de ne pas détruire le peu d’innocence qu’ils ont à leur jeunesse en leur apprenant sèchement comment il est arrivé jusque là et comment ses enfants arriveront, juste après avoir regardé son dessin animé.

 

Une réplique d’une série que j’adore disait « Le bonheur d’un enfant, c’est d’être innocent. »

Et un enfant devrait pas être confronté à du contenu violent, pornographique, auquel il n’a pas la connaissance, l’âge, et la maturité pour pleinement l’apprécier.

Beaucoup d’individus égoïstes oublient Le Meilleur des Mondes et feraient lire Sade et 50 Shades à des filles de 11 ans s’ils le pouvaient.

Car vous pensez qu’éduquer un enfant à la sexualité et à la violence est une chose qui devrait être faite. Briser les « pré-supposés » tabous en se réfugiant derrière Mai 68 et des torchons de cuisses, de fesses, et de romances aussi profondes que les scènes de sexe de Game Of Thrones.

Car l’hypersexualisation, à la vendre ça et là dans les clips « d’artistes » (Nicki Minaj et sa chanson ou l’on ne voit que des fesses), dans des films où ces scènes sont juste la pour le plaisir coupable du spectateur et « prouver » une romance (n’en déplaise aux asexuels), qu’il s’agisse du fait de se dévoiler « innocemment » pour être reconnue / car on aime s’habiller ainsi / pour être sexy dans quelconque déguisement…

 

Ah merde, je vais être traité de machiste. D’accord. Si j’étais une nana et que je ferais X déguisement pour montrer mon décolleté, ce serait triste que l’on me reconnaisse que pour une paire de seins. Et si je n’ai que ça pour prouver ma valeur, je serais une personne bien peu ambitieuse. Rappelons que la chair est faible autant pour les hommes un peu neuneus qui voient que le physique ou les femmes qui jouent sur ça (in)consciamment pour quelconque raison.

J’ai déjà un peu répondu à tout ça précédemment, et ça me court sur le haricot que beaucoup crient au « conservatisme-facho-régressif » à tout va. Faut arrêter de déconner avec certaines choses, et si vous voulez vraiment qu’on évolue, redéfinissez vos gardes-fous au lieu de les exploser dans une débauche d’autocongratulation.

Avec mes amitiés à Mlle Jessica Nigri, et aux autres qui se reconnaîtront dans cette rhétorique.

 

Donc. Revenons en à la photo. Elle a été censurée pour contenu « choquant » à « caractère sexuel ».

Du point de vue de Facebook (ou l’image à été postée), je peux comprendre. La logique de fournir une expérience correcte sur un site, dénuée de certains contenus et propos, est tout à fait louable. Même si l’on ne voyait rien, c’était « suggestif ».

Après, tout dépend de la tolérance de chacun : Est ce que ce contenu doit apparaître pour tous, tel quel ? Etre restreint par âge ? Ou tout simplement prohibé ? Vaste question, chacun y répondra différemment.

Toutefois, même si l’image n’a peut être rien à faire sur Facebook, qu’elle n’est visible qu’a certains profils (mais oui, on y croit, à la confidentialité), c’est peut-être un petit peu hypocrite de juger une image qui a déjà été censurée par son créateur afin d’être « visible ».

  • Car les fan-pages de Hentai/Yaoi/Yuri, ça existe. Aussi sur Facebook. Les demoiselles aux poitrines anti-gravité et au physique d’une fille de 14 qui copulent dans les détails, ça peut se trouver.
  • Car le site Tumblr, qui est une base/blog de photos uploadées par leurs membres n’a AUCUN filtre de confidentialité. Et les gifs de baise, de seins, de pénis, de vagins, soft ou pas, y’a pas de mature filter pour les contenir.

 

Alors le gosse qui tomberait sur du rule34* de Blanche-Neige par erreur, il aurait déjà plus de chances que ce soit la faute à un site qui n’a aucune censure, et qui par conséquent se soucie peu de l’expérience des utilisateurs (quitte à les choquer et permettre tout et n’importe quoi dessus) qu’un réseau social où la confidentialité est mise en jeu, d’autant plus que j’ai surpris des enfants de moins de 13 ans, smartphones / tablettes en main, pouvant accéder à Internet sans que les parents surveillent (quand bien même ils sont pas complètement dépassés par Internet et les contrôles parentaux bien caduques)

-Car si un gosse qui est déjà intéressé par ces choses (et aura une vision complètement déformée de certains concepts) pourra en trouver, hélas. Je le déplore tout autant, mais malheureusement, le contrôle parental, le recul et la maturité, le fait de réfléchir à ce que l’on rend accessible et ce qu’on aimerait rendre accessible, c’est une censure complètement dépassée.

 

Donc bon. Censure oui, mais dans un bon usage.

Afin de respecter les plus jeunes. Ou de garantir la tranquilité d’autrui, dans le respect des lois et principes en vigueur

Et non pas pour interdire de manière dictatoriale, égoïste, absurde.

C’est ici que se trouve la distinction entre une « Interdiction » et une « Censure ». L’une libère, l’autre asservit.

*la Rule 34 d’Internet est la suivante : If Something Exists, There Is Porn Of It.

P.S : Freedom Wars et 1984 sont deux œuvres qui, chacune, prouvent l’absurde de la censure et de la dictature.

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s