Test – Persona 3 Portable

Persona-3-Portable

La Série des Shin Megami Tensei, peu connue en dehors de l’archipel japonais, est l’exemple de l’imaginaire décalé nippon, qui mêle ici démons et monde contemporain.

La saga des Persona, sorte de « spin-off » des Shin Megami Tensei qui s’articule sur un côté Simulateur Social et RPG au tour par tour, connaît un certain succès, dont Persona 3 est l’un des épisodes de la saga les plus emblématiques.

Dans un paradoxe entre vie étudiante insouciante et abominations démoniaques, cet épisode de la saga à connu un certain succès (et est adapté en film d’animation en 4 parties de 90 minutes depuis peu). Succès mérité ou « hype » excessif ? La réponse dans les prochaines lignes.
Avant toute chose, Persona 3 Portable est un « portage » (on précisera cela ensuite) de la version PS2 du Jeu, Persona 3. Il existe également Persona 3 : FES, qui est la version « GOTY » du Persona 3 Normal, car il contient un chapitre du jeu qui se déroule après le end-game de Persona 3 (The Answer) et suit les évènements d’une autre protagoniste, dans un nouveau donjon, avec une nouvelle alliée et de nouveaux enjeux.

MEMENTO MORI

Vous êtes un étudiant fraîchement débarqué dans une grande ville japonaise, sans passé ni autres explications. Vous arrivez à minuit dans la ville, qui est bizarrement à l’arrêt : Les rues sont jonchés de cercueils, le ciel est d’un verdâtre oppressant, et la pleine lune brille dans le ciel.

Vous ferez connaissance de plusieurs individus dans votre internat, qui semblent avertis de ce phénomène : Chaque soir, vers minuit, la Dark Hour à lieu : Tout s’arrête, les gens sont enfermés dans des cercueils, des démons sont de sortie, et seuls certains individus peuvent percevoir et vivre durant cette heure « fantôme », et sont aidés de « Personas », des démons reflétant leur personnalité, afin de lutter contre les « Shadows », démons nés des pensées humaines et se réunissant dans une gigantesque tour apparaissant chaque soir à la place du Lycée, nommée le « Tartarus ».
Alors qu’une épidémie de mutisme se répand dans la ville, notre équipe de lycéens « invocateurs », la S.E.E.S, va tenter de percer à jour ce mystère avant que le monde soit perdu à jamais.

Le scénario, à la base simple en principe, se complique au fur et à mesure de l’aventure et se révèle très bien écrit : Qu’il s’agisse de l’origine des Shadows, des pleines lunes, des multiples coups de théâtre ou des boss tous uniques, le jeu se révèle bien fait et vous tiendra en haleine.
Toutefois, comparé aux autres épisodes, Persona 3 souffre d’un rythme assez décousu par moments, et certains moments sont un peu « vides » scénaristiquement jusqu’au prochain boss.

Le jeu comporte beaucoup (mais vraiment) de dialogues, chaque choix a ses conséquences, et même le petit cours ou une information a priori banale est donnée (une date de l’histoire japonaise par exemple ou un détail de culture générale), quand vient dans le jeu les examens de fin de trimestre, vous comprendrez pourquoi il faut être attentif a tout.

Persona_3_Portable_6

Le jeu n’est pas qu’un simple RPG et possède une composante « Sociale » qui possède néanmoins son importance dans le jeu, et donne un rythme particulier qui évite la répétition et le levelling tout du long. Le jeu est réparti en jours, sur une année scolaire, ce qui implique parfois de ne pas traîner et prendre des choix en temps et en heure.

Le jour, vous vivez vos cours, tel un étudiant nippon lambda.
Vous allez en cours, écoutez le prof, vous vous faites des amis, qui permettent de gagner des Social Links chacun liées à une arcane, et vous pouvez nouer une relation d’amitié (ou bien plus) avec des PNJ. Ces liens permettront, une fois dans la Velvet Room (Salle d’Invocation), de fusionner, créer et organiser vos Personas. Il en existe près d’une centaine, avec leurs caractéristiques, leurs attaques et leurs compétences propres. Tel Pokémon, il vous faudra tenter de les collecter pour renforcer votre efficacité.
Le héros étant le seul capable de transporter plusieurs Personas sur lui, il faudra en jouer contre les ennemis et les Boss, qui peuvent se révéler coriaces. La moindre erreur vous fera perdre un tour, ou aura raison de votre équipe, et les combats peuvent se révéler exigeants.

La seconde phase du jeu, La Dark Hour, arrive tous les soirs entre 23h59 et 00h00.
Votre école se transforme en une gigantesque tour démoniaque, Tartarus, ou votre équipe de lycéens ira pourfendre les Shadows, qui sont les démons antagonistes : Shin Megami Tensei oblige, ne vous attendez pas a des démons aux formes vues et revues. Même si les références aux cultes, légendes, et religions sont présentes, cela n’a rien a voir avec les RPG Classiques.

En combat, les lycéens (membres de votre escouade et vous) invoquez votre Persona, qui est une représentation astrale de la personnalité de chacun qui est invoquée…en se tirant une balle en pleine tête avec une arme spéciale, l’Evoker.
Hormis le combat a l’arme blanche que peuvent faire les persos, les invocations ont chacune leur type d’attaque répondant a un élément ou a un type de frappe (Pierce/Strike/Slash).

Deep Inside Your Mind

Le jeu est en lui même très bien réalisé, avec un style manga signé Shijenori Soejima (Trauma Center, Catherine), et donne un rendu très correct, autant en cinématique qu’en jeu.

Les ambiances peuvent varier du tout au tout : Entre un donjon aux thèmes morbides, inspirés par le paradis et l’enfer, tranchant radicalement avec la ville où se déroule l’aventure qui retranscrit très bien les mégapoles Japonaises, le jeu n’est pas répétitif dans les décors, et reste très agréable et prenant.

Toutefois, rappelons nous que c’est un portage de la PS2 vers la PSP, Persona 3 Portable fait donc des concessions techniques : Les déplacements dans les lieux (hors donjon) se fait avec un curseur et non en 3D. C’est la seule limitation technique : Les cut-scenes, combats, et le scénario demeurent inchangés.

16906

Pour le travail sonore, Signé Shoji Meguro comme Persona 4 et Catherine, le jeu est ponctué de doublages anglais (ou japonais) de bonne facture, et de musiques d’ambiance tranchant avec la J-Pop lors des combats, ce qui est assez déroutant au début.
Mais l’on s’y fait, surtout que Meguro nous a livré de très bons thèmes musicaux. Il suffit d’écouter le Thème de la Velvet Room, ou du combat final pour s’en rendre compte.

Niveau textes, le jeu est intégralement doublé en Anglais (Jap si version Jap, bien sûr). En effet, le jeu n’est pas traduit en Français, mais reste dans la langue de Shakespeare, comme les autres Persona. Désolé pour les Anglophobes.

P3P_Walkthrough_Basics

Pour la durée de vie, J’ai fini personnellement le jeu en 52h.
Toutefois, gardez à l’esprit que Persona 3 Portable se révèle parfois assez dur lors de certains boss, et que l’état de santé des persos (qui est pris en compte), les social links, votre niveau seront des variables qui conditionneront votre réussite.

Il vous faudra choisir pour effectuer le maximum de quêtes additionnelles (Requêtes d’Elizabeth, et Social Links), et garder un niveau conséquent pour les donjons.
Il existe également un mode New Game +, qui vous donnera une difficulté supplémentaire en gardant l’équipement et les Personas (enregistrées).

PER.SO.NA.

Très bon Jeu de Rôle, avec un scénario prenant, certes moins « joyeux » que Persona 4 mais déjà moins complexe que celui de Persona 2, Persona 3 Portable est un excellent jeu à bien des égards, autant pour le côté Tour par Tour remanié avec des invocations et un système « Faiblesse ou Critique = Gain de Tour », mais qui toutefois ne fait pas obstacle à une difficulté parfois relevée.

Une ambiance oppressante, ou l’histoire s’assombrit au fil des mois, jusqu’à un final épique où l’équipe n’en sort pas totalement indemne et avec un happy end discutable, une DA à la fois fantastique, dérangeante, et purement inspirée d’animés : Persona 3 Portable est un jeu que je vous recommande, même s’il souffre parfois de phases de levelling comblant des vides scénaristiques, ce qui casse le rythme narratif.
On fait abstraction des changements techniques sans souci, et l’on se plonge dans cette quête mystérieuse avec grand plaisir.

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s