Test – Killing Floor

steamworkshop_webupload_previewfile_218726148_preview

Amateurs de Left 4 Dead ou de tout bon Co-Op Survival Horror, venez.
Voici un FPS qui va surement vous tenir en haleine vous et vos potes qui vous retrouvez dans la même galère : Une Angleterre infestée de zombies, et pour seuls amis vos compagnons d’armes et vos pétoires.
En face, des zombies (appelés « spécimens ») avant chacun un style : du Fleshpound qui peut vous gerber dessus, à la sirène qui attire les zombies, jusqu’au Patriarche qui vous fera connaitre le sens du mot souffrance, vous aurez de quoi faire. Bienvenue dans Killing Floor.

Welcome in hell, kiddos.

Pour le scénario, c’est un truc tout bête : Angleterre infestée d’infectés, avec des variations spéciales, vous devrez survivre dans des cartes plutôt grandes avec diverses zones séparées par des portes qu’on pourra sceller.

Comment se déroule une partie ? Car oui, ce n’est pas du tout similaire à Left 4 Dead (et je ferai souvent la comparaison)
Vous êtes dans une map ouverte : Plusieurs bâtiments, chemins…mais pas de Point A a un point B. Vous devez rester en vie, à la manière d’un mode Horde tiré de Gears Of War 2. Les mises à jour ont d’ailleurs ajoutés des modes scénarisés.

KillingFloor1

Les vagues vont crescendo dans la quantité de spécimens (et de type de spécimens) à abattre. J’ai déjà évoqué dans l’introduction les spéciaux qui peuvent apparaître, et il y en a pour tous les goûts : Un infecté invisible, une qui vous hurle dessus, le mec à la tronçonneuse, au lance missile…
Toutefois, votre perso se déplace lentement, et les ennemis tendent a spawner près du dernier magasin visité. Magasins apparaissant entre chaque vague, où vous pourrez dépenser vos crédits gagnés en armes de corps à Corps, Armes a feu très diverses (du 9mm au Lance roquette, en passant par l’arbalète, le lance flamme ou le fusil a levier)…

Sachez toutefois que vous pouvez pas porter des armes a l’infini, chacune possède un poids qui influe de plus sur votre vitesse de déplacement.
Vous aurez également la possibilité par exemple de souder les portes pour ralentir la progression des spécimens, sachant qu’ils peuvent très bien spawner en sortant de la trappe d’aération a 15 mètres derrière vous.
En gros, vous voyez un niveau de Dead Space où vous devriez tourner en boucle et abattre des vagues incessantes d’ennemis ? C’est à peu près le concept.
Auquel on ajoute le « zed time », un ralenti de l’action qui intervient après plusieurs headshots d’affilée.
Ajoutez le fait qu’il n’y a pas de réticule de visée. Contentez vous de la visée à la mire, sachant que vous ne pourrez pas courir. Vous aurez votre vitesse maximum de déplacement en équipant le couteau.

Ce jeu qui parait donc assez lent vu la vitesse de votre personnage va vous imposer de faire des choix entre chaque vague : Acheter vos armes,verrouiller les portes, décider d’une stratégie de défense..
Le jeu mise beaucoup sur la coopération et utiliser telle ou telle arme vous fera augmenter vos « perks »: ce sont des sortes de spécialisations qui s’améliorent à force d’utiliser telle ou telle arme, et qui permet, quand on sélectionne le perk pour la partie, d’obtenir des bonus pour la partie.

Killing_Floor_2_Announced1

A la base, ce jeu était un mod pour Unreal Tournament 2004. Devant son succès, le studio TripWire décide d’en faire un jeu à part entière basé sur le moteur source. Attendez vous a des graphismes plutôt réussis pour un jeu datant de 2008 (ou 2009 ?) avec une ambiance glauque et de désolation. Jouer la nuit à ce jeu est parfait pour l’immersion, et même si c’est pas la claque graphique, c’est plutôt correct.

It’s the sound of zombies, my friend.

Perso, j’ai coupé la musique, mais elle est toutefois assez quelconque. Les sons d’armes sont bien retranscris, et même si les hurlements des infectés sont assez redondants, cela reste correct.

Niveau contenu, la version en date comporte plus de 18 cartes, ce qui est très correct. Mais jouer en Multi est le coeur de ce jeu,surtout en augmentant la difficulté : Il devient encore plus dur de survivre, surtout quand un patriarche, à moitié invisible et armé d’un minigun et d’un lance roquette, vous pourchasse. Autant le dire de suite : Si vous voulez vous entraîner en solo à ce jeu, mettez le mode Facile et a la limite, Normal. Au dessus, cela relève de l’impossible.

Killing-Floor-2

Le jeu s’est vu ajouter des DLC à thème avec des armes et skins. C’est assez dispensable, le contenu de base étant déjà amplement suffisant.

A noter que ce jeu est taillé pour le multi, avec l’intégration du Steam Workshop pour les mods et les serveurs. C’est toujours joué, c’est bien fendard, et très différent d’autres shooters avec des zombies, même si ça pullule.

I walked with a Zombie

Un bon jeu, parfait pour une petite LAN ou une soirée horrifique entre amis, même si j’ai du mal à enchaîner plusieurs parties. Si vous êtes lassé de L4D et que vous voulez essayer quelque chose de nouveau, jetez-y un oeil. Sa suite ne va d’ailleurs pas tarder.

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s