Test – Hatred

hatred

Peut-être avez vous entendu parler de ce jeu par la polémique qu’il a suscité. Par exemple, le fait que les membres du studio (Destructive Creations) sont soi-disant des néo-nazis. Ou alors, le fait qu’on abatte des civils et que les exécuter remet de la vie, dans un jeu aux desseins proches d’un « Columbine Simulator. »
Alors, autant de barouf était il justifié ? Après quelques sessions de jeu manette en main, il est temps d’en finir, au sens figuré du terme, avec les pseudo polémiques de vierges effarouchées de médias à la ligne éditoriale discutable qui ne connaissent pas grand chose du jeu vidéo, et qui demeurent actuellement avec des oeillères.

Nihilism Simulator

On joue un nihiliste, dans une banlieue américaine standard, qui va partir en « croisade » et tuer tous ceux qu’il rencontre. Ca casse pas trois pattes à un canard, c’est juste « Grogneu pas content, moi tuer tout le monde. »

Le jeu est un twin stick shooter avec un stick de déplacement, un stick de visée avec la gâchette pour voir plus loin comme dans Hotline Miami. Une touche de roulade, grenade, recharge, et d’éxécutions, qui sont le seul moyen de vous soigner. Avec des mises a fort certes brutes de décoffrage, mais très loin de la violence gratuite d’un Manhunt. Et des explosions bien senties pour parfois détruire des cloisons murales, assez pratique.

Après, il s’agit généralement d’aller à un point donné dans des cartes en vue isométrique, en liquidant ce qui passe. Voila voilà.

maxresdefault-e1418674008272

Le jeu est dépeint en noir et blanc, avec peu de rouge, et un grain de film. C’est loin d’être moche, mais loin d’être parfait. C’est sans plus.

You Must Die

Comptez pas énormément d’heures pour le finir, trois modes de difficulté s’offrent à vous. Et la musique est très dispensable.

Un DLC est paru ajoutant des maps en mode survie et 3 persos supplémentaire. M’enfin, y’a pas Sweet Tooth de Twisted Metal, donc je m’en fiche.

Tout ça pour ça ? Jacket est en train d’hurler de rire.

Hatred, le jeu sans plus, un twin stick shooter qui rappelle le premier Postal. Voila, on joue un nihiliste qui tue, mutile, brûle, explose. Civils, Flics, tout y passe. Voila voilà, ça ne renouvelle pas un genre, c’est loin d’être un must-have. Dispensable.

Après y’a la backstory. Et toute la shitstorm qui à fait connaître ce jeu. Un peu comme la prétendue notoriété de Dieudonné car y’a eu un gros barouf médiatique pour le mettre en lumière, avec Manuel Valls tentant d’interdire ses spectacles, ce qui a provoqué une surfréquentation des spectacles, paraît t’il.
En voulant détruire, polémiquer, s’insurger, s’émouvoir, on devient l’agent de communication de sa cible. Tellement ironique dans notre époque du clickbait.

an-interview-with-the-makers-of-hatred-2015s-most-controversial-game-783-body-image-1421608567

Si ce jeu n’aurait pas eu la prétendue polémique avec sa violence crue et réaliste, ainsi que les soi-disant rumeurs de néo-nazisme dans les devs du jeu (dont j’ai jamais vu les preuves) il serait passé complètement inaperçu, et qui sait, n’aurait jamais vu le jour. Mais non, une fois encore, il faut parfois savoir se taire. Comme le dit l’adage, « Le silence est d’or, la parole est d’argent. » Peut être que Gabe Newell aurait dû y repenser après avoir viré puis remis Hatred sur Steam Greenlight.

Ca me fait beaucoup rire qu’on s’insurge contre ce jeu. Contre sa violence crue. Les exécutions de civils. C’est sûr que rétribuer le joueur en tuant des civils est discutable (quid de GTA où l’on peut tuer à peu près tout ?), mais le fait de tuer pour se soigner, j’ai vu ça dans W40k : Space Marine. Ah, mais ce sont des orks, me dit t’on.
Surtout, c’est qu’on fait un bordel conséquent sur ce jeu, alors que les journaleux se mettent à quatre pattes devant GTA V, le jeu où l’on censure pas une scène de torture, du contenu sexuel, des trafics de drogue et autres. Je vous laisse découvrir ce petit jeu, un best-seller à ce qui paraît.
C’est du « second degré » me dira t’on. Pour accuser l’Amérique qui est le pays ayant sûrement la politique la plus discutable aussi bien sur les armes à usage personnel (et même parfois, les méthodes policières) que les moyens utilisés (Patriot Act, Drones en tête). Postal 2 faisait aussi dans le second degré sauf qu’il était plus visible et plus absurde.

ME3050353739_2

Ici, cela semble sérieux. Mais je rappelle qu’il s’agit d’un média vidéoludique.
C’est une manette. Pas un vrai AK-47, pour peu qu’un môme de CP dont les parents le laissent jouer à GTA V (bossant dans l’animation, j’ai déjà entendu ça) sache un jour manier un AK-47 et viser la tête au premier coup, sans prendre en compte la distance, le vent, l’entretien de l’arme, comme le nihiliste incarné dans ce jeu.
Par contre, quand il s’agit des zones de non-droit dans son propre pays et des petits caïds avec des armes, on préfère fermer les yeux. Même que parfois, ils se sentent pas très Charlie, et qu’on applique une Loi sur le Renseignement pour copier nos amis outre-atlantique.

Alors sérieusement, les prétendus porte-paroles de la bienséance médiatique, la prochaine fois que vous attaquerez un sujet, assurez vous bien d’avoir essuyé votre bouche après avoir léché (ou lustré) les pompes d’autres juste avant. Orange Mécanique, Old Boy, GTA V, Call of Duty (qui lui véhicule encore et toujours l’image d’une Amérique libre et du meurtre virtuel en multi entre amis pour le fun) et j’en passe, toutes ces fictions qui font l’apologie de la violence (ou qui sont tout simplement assez crus et violents) à un moment ou à un autre, et dont tout le monde ferme les yeux. La violence à toujours été là, depuis le début de l’humanité (Spoiler Alert) et ce n’est pas écouter le JT habituel ou les litanies de « paix » de représentants politiques qui inversent la vapeur.
Si vous voulez stopper la violence, ignorez la, ou repensez vous.

Et en ce qui concerne Hatred, le mieux est de l’ignorer. Ce sera déjà un gros progrès. Et si un jour vous avez l’idée saugrenue d’y jouer, soyez conscient qu’au final, vous ne voyez qu’une vision exacerbée d’un mauvais aspect de l’homme. Et que cela reste une FICTION.

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s