Test- Dragon’s Crown

dragon_s_crown_wallpaper_by_loboxorochi-d6gygeg

Vanillaware est un développeur assez connu pour certains adeptes de RPG à l’ancienne, mais n’a jamais eu trop de notoriété en dehors de l’archipel nippon.
Leur dernier jeu, Dragon’s Crown, en préparation depuis longtemps si l’on croit les premiers croquis du projet prévu pour la Dreamcast à l’époque, se présente comme un hommage aux vieux beat’em all à l’ancienne style Golden Axe, avec une composante RPG (Loot, classes) et un mode coopératif 4 joueurs, disponible en cross play Vita / PS3. Est ce que le pari est réussi ? Nous allons voir ça.

Golden Axe, vous dites ?

Le scénario est simple et reste dans un classique : Des mercenaires sont engagés pour retrouver la « Dragon’s Crown », une couronne magique qui a été enlevée par un sorcier, qui lui confère un pouvoir magique menaçant l’équilibre du monde.

C’est alors que nos aventuriers vont se lancer dans un amas de quêtes, en parcourant les différentes zones du monde, afin d’affronter des créatures terrifiantes, glaner des trésors…et devenir riches, puissants, toujours en quête de nouveaux défis.
Le jeu ne brillera pas par l’originalité scénaristique, mais cela n’est pas le but.

dragons-crown-screenshot-ME3050139778_2

Le gameplay varie selon les classes. Elles sont au nombre de 6, toutes complémentaires, et étant destinées à des niveaux de joueurs différents, mais rien de rebutant toutefois. Toutes les classes se dirigent, possèdent un dash, une glissade et une esquive, qui sont le témoignage de l’aspect Beat’em’all, et on prend très vite les réflexes afin de vaincre les ennemis et esquiver leurs coups avec aisance.

Les six classes sont les suivantes :

-Le Nain : classe basée au corps à corps, peut saisir/lancer les ennemis et objets, et possède de nombreux coups aériens. Malgré son gabarit, il est très mobile.

-L’Amazone : Classe basée sur le combat aussi, mais perd l’aspect aérien pour des frappes ciblées mais puissantes.

-Le Guerrier : Guerrier équipé d’un bouclier, peut infliger des dégats de zone avec des coups, et peut protéger ses alliés et lui même

-L’Elfe : Une archère efficace qui est à la fois souple, rapide, et peut enchaîner des tirs chargés et rapides.

-L’Ensorceleuse : Peut envoyer divers sortilèges et peut pratiquer de la nécromancie sur les cadavres. Très faible au corps à corps, dépend de sa magie.

-Le Magicien : Un sorcier pouvant infliger d’importants dégâts de zone, et soigner ses alliés.

Les quêtes, parfois secondaires (tuer x bestioles, etc…) ou principales (finir une zone, tuer un certain boss), vous rapporteront de l’or vous servant à réparer, acheter vous armes et analyser vos trésors à la fin d’une mission.
Vous trouverez également des os de mercenaires morts, que vous pourrez faire revivre à l’autel (moyennant finance), et qui pourront être contrôlés par l’I.A. Vous pouvez faire le jeu seul tout comme avec 1-2-3 I.A vous accompagnant, reprenant les classes disponibles. 4 Nains ? Magiciens et guerriers ? Vous êtes seul juge.

Chaque fois que vous mourrez, vous utiliserez un « point de destin ». Au delà, chaque mort sera facturée par une ponction sur votre or. Bien sûr, en mission, vous serez accompagné d’un voleur qui ouvrira les coffres pour vous, histoire de pas finir à sec.
Chaque niveau gagné vous rapportera un point de compétence, qui pourra être réparti dans un arbre commun à la classe / à toutes les classes. Et à la manière des Badass points de Borderlands 2, ces points s’appliquent à tous les personnages du slot de sauvegarde (Sachant qu’un slot de sauvegarde peut contenir jusqu’à 16 personnages différents)

Fighting The World

Le parti graphique est en lui même très beau : Un rendu rappelant une fable, des couleurs et des nuances très agréables, donnant un cachet au jeu non négligeable. Comme quoi, la 3D n’est pas obligatoire pour faire un bon Beat’em’all.

Par contre, le chara design pourra rebuter. Entre les cuisses inhumaines de l’Amazone, la poitrine de l’Ensorceleuse faisant passer Tifa de FFVII pour du bonnet A, les proportions démesurées du Nain, on se demande si l’on est dans une version Tchernobyl de Golden Axe. Que nenni, le jeu se veut un peu parodique, et accentue les musculatures pour un résultat dont au final, on ne fait même plus attention une fois en jeu.

dragons-crown-screenshots-2

Les thèmes musicaux, à la fois envoûtants, et épiques le moment venu, sont agréables. Toutefois, afin de rentrer dans un trip « bourrinage » car je jouais Nain, mettre une musique en fond via un baladeur est tout aussi efficace. Oui, Dragon’s Crown se marie bien avec la discographie de Manowar, Sabaton, Dragonforce, Turisas ou encore la Soundtrack de Brütal Legend. Hell yeah !

Le jeu possède plusieurs modes de difficulté déblocables après avoir fini l’histoire une fois (Je l’ai fini en 13h). A ce moment, le level cap des ennemis augmente fortement, un mode arène se débloque.
Il faut noter que le jeu, en dehors du village « hub », possède 10 Zones, chacune possédant deux boss et de nombreux secrets.

Ca ne paraîtra pas beaucoup pour certains, mais au final, quand on enchaîne les zones en bénéficiant de bonus de score / trésors / expérience, les zones importent peu, seule l’action compte. Dragons, Cyclopes, Kraken, et même Lapin Tueur des Monty Python seront vos bourreaux.

Le jeu est rejouable autant pour les trésors qui s’obtiennent dans les missions (avec un système de rareté et d’avantages aléatoires), le coffre vous permettant de partager les équipements / l’or / les compétences de vos personnages.

2013-07-28-144012

Pour les DLC, rien de spécial à noter ici. Le jeu à été mis à jour avec une zone spécifique pour le niveau 255 (le level cap ayant été grandement augmenté pour les amateurs de loot et de grobillisme). Mais le jeu est déjà plus riche qu’il n’y paraît, et vous trouverez votre compte. Et aucun DLC Payant. Que demander de plus ?

Mais abordons la grosse force du jeu, le jeu est jouable jusqu’à 4 en ligne ou en local sur PS3. La Vita dispose également du monde en ligne et du cross-play avec les joueurs et serveurs PS3.

Toutefois, petit bémol, le jeu n’est pas accessible directement en multi (sauf PS3), et il faut avoir atteint un certain point dans le jeu pour activer cette fonction. Or, les récents patchs ont remédié a cet aspect rébarbatif pour les persos secondaires.
Du très bon, où chaque classe coopère. Un vrai régal.

For The Dragon’s Crown We Will Die

Alors autant dire que j’ai acheté ce jeu sur un coup de tête en raison des nombreux retours positifs, alors je l’ai pris. (Pis bon les jeux Atlus ça se fait rare en France, avec les SMT j’ai l’habitude..)

Au début, le jeu me semblait assez simple. Commandes faciles à prendre en main, missions linéaires…Mais d’ou provenait la richesse du jeu ?
Alors, après des sessions sporadiques, je passe a la seconde partie du jeu, ou, en gros, vous pouvez décider de payer pour sélectionner votre zone de mission ou non, et vous avez ensuite le choix une fois la zone finie, de continuer ou quitter, les avantages de la mission suivante étant progressivement plus avantageux. Et c’est ainsi, dans cette seconde partie, que je pris conscience de la richesse du jeu : quête du loot, d’expérience, toujours plus de combats, de gains. Et on en s’ennuie jamais.

Alors que je partais pour une session de 30 minutes, j’enchaînais zones et boss : 2h30 plus tard, 8 Zones finies, et 6 niveaux en plus. C’était addictif.
En bref, Dragon’s Crown est un très bon Beat’em’All-RPG, qui paraît au premier abord sans prétention, mais qui dévoile sa richesse au fil du jeu. Que ce soit l’appât du gain, le multijoueur coopératif très bien fait, ou encore la D.A qui fout une claque sur Vita, ce jeu est à essayer au moins une fois. Si vous aimez le genre, vous ne le regretterez pas, même si cela ne révolutionne pas le genre. Mais p***in, par moments, un hommage aux vieux jeux de la sorte, ça fait du bien.

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s