Test – DiRT 3

Dirt_3

Même si le préfixe « Colin McRae » qui préfigurait déjà sur les précédents épisodes de la série a disparu du Titre, DIRT 3 s’inscrit très bien dans la lignée de ses prédécesseurs,et comble de la chose, plus dans les anciens (CMR 2005, CMR 4) que la série DiRT qui a voulu varier avec des Courses de Baja, 4X4, Trophy Trucks, Rally Cross et Courses de côte.

Le summum atteint avec DiRT 2 qui avait réussi a réunir ces disciplines en quittant le style décoratif WRC/Championnats pro pour opter pour le style X-Games Rally Car (Monster Energy, DC Shoes, j’en passe des sponsors, on voit que Ken Block, PDG de DC Shoes, a participé au titre).
Mais ce retour dans le passé a t-il été bénéfique, ou est-ce l’épisode de trop ?

Fast and Furious

Pour ce qui est de la Jouabilité, les contrôles sont très simples a prendre en main, ça peut sembler « arcade » des fois, mais je conseille aux amateurs de désactiver toutes les aides. Il est vrai que certains autres tests disent qu’on ne sent pas trop les différences de surface/comportement de la voiture, mais je tiens a rassurer : On les sent légèrement, et sans les aides, cet effet s’accentue.
Et le pilotage, les dérapages, sont pas très très arcade : un petit aspect simulation mais très minime, faisant un compromis très accessible aux néophytes.

Question Voitures, outre les Buggies et Trophy trucks, on dénombre en Rally Cross / Rally / Bolide pas moins d’une quarantaine de bolides différents.
Et les puristes vont aimer : Des voitures modernes (Citroen C4…, Subaru impreza), les S2000 (Fiat Punto, Peugeot 207 s2000), des voitures des années 90, 80, et 70, et même le légendaire Groupe B, interdit par la F.I.A dès 1986 pour la puissance démesurée des voitures qui ont causé des accidents graves. Ca faisait longtemps que ces voitures sont plus visibles. C’est désormais chose faite.

Notons toutefois une I.A qui possède un comportement « Mario Kart » parfois, et la difficulté parfois ardue en Carrière lors des rallyes. Difficulté par ailleurs réglable, aux niveaux des aides, et des dégâts.

1305016453_dirt_3_ingame_9

Le jeu est assez beau, tournant au EGO Engine (moteur fréquemment utilisé par Codemasters) et les détails ont été légèrement plus poussés : Ne vous attendez pas à Crysis aussi, mais le résultat est plus qu’honorable.

Pour le côté sonore, exit l’ambiance festive où l’on avait un menu interactif dans un Camping-Car et qu’on avait des musiques rock/electro, on est repassé un menu classique, mais efficace, moins tape-a-l’oeil, accompagné par des musiques d’ambiance. Les musiques de replay sont elles toujours aussi toniques, avec des morceaux sous licence.

90, Virage 5-Droite sur Saut, 250.

Pour le contenu, c’est presque un retour dans le passé qui a été opéré.
Cela se voit dans la répartition des disciplines : La plupart des épreuves sont du Rallye, Rallye Cross, Course de Côte, et on a presque vu disparaître les courses de Baja, Buggy, Rallye Raid. Seul un Buggy et un Trophy Truck sont dispo de tout le jeu !

Mais a coté, la profusion d’environnements est sans pareil : Monaco, Stade de L.A, Kenya, Aspen, Michigan, Norvège, Finlande, et ce de jour et de nuit, au soleil, sous la pluie ou la neige !
Y’en a pour tous les goûts ! Comptez environ 4/5 circuits par environnement, ce qui est plus qu’honorable. Dommage que les spéciales de rallye soient un peu courtes par moments, mais c’est déjà plus long que dans DiRT2.

Mais passons aux autres choses a noter : Outre l’apparition de la météo, d’environnements neigeux (et de Monaco) un nouveau mode a fait son apparition : le Gymkhana.
(Pour ceux qui connaissent pas : http://www.youtube.com/watch?v=4TshFWSsrn8)
Le principe est de faire le plus de dérapages / 360 / destruction de blocs et les enchaîner comme un show de Drift.
D’ailleurs, a un stade peu avancé de la carrière, l’usine de Battersea (vue dans DiRT 2) ouvrira peu a peu ses trois zones, où vous pourrez vous exercer à ce nouveau mode freestyle qui est la partie Fun du titre, mais qui nécessite un certain entrainement pour faire comme le numéro 43.

cpu_test_dirt_3

Le jeu contient quelques packs de DLC, disponibles dans la GOTY du jeu, mais qui amputent le jeu d’un contenu conséquent.
Le principe de Pass V.I.P qui restreint l’accès a ceux ayant acheté neuf ou payé un code, et qui en plus, octroie 5 voitures supplémentaires disponibles que de cette manière (et pas des moindres, la Colin Mcrae R4 et la Peugeot 205 T16 entre autres) est « l’illustration principe qui malheureusement, montre que les pratiques de dématérialisation et la politique d’éditeurs afin de tuer le marché de l’occasion sont qu’une histoire de profit au détriment du client ». Même si j’avais écrit ce test y’a longtemps, force est de constater qu’aujourd’hui, les DLC sont encore trop présents. Mais je vais pas m’étendre la dessus.

Hormis peut être le fait que le rallye de Monte Carlo et quelques engins légendaires comme la Lancia Stratos ou encore la Delta S4 Stradale sont en DLC. Et c’est pas tolérable.

Plus on est de fous, plus y’a de crashs

Le jeu a plusieurs / online n’est pas en reste : Tous les modes dispo en solo sont disponibles, idem pour les voitures, juste qu’on peut pas changer la météo.

On note aussi 3 nouveaux modes, les modes de jeux Party qui constituent un « fun » (imaginez du capture le drapeau / Infection / mode horde ou on détruit des pancartes) mais qui restent assez accessoires et je me demande pourquoi avoir rajouté ça.
Au contraire, il aurait fallu étoffer par d’autres modes de jeux (Ex : Combos Voitures d’un type sur circuit d’un autre type, ce qui était excellent dans le 2 en partie Perso, ou un mode Touge / Course Drift de GRID) qui font plus appel a de la course que ces modes.
On note aussi un écran Splitté !

Dirt3CompleteEdition-Screenshots2-www.oplss-team.com_

Pour ce troisième épisode, Codemasters a voulu proposer un condensé accessible à tous, qui ne sombre ni dans le Casual ni le Hardcore.
La gamme d’engins à disposition sont pour la plupart d’excellentes voitures de rallye parfois légendaires, les épreuves variées et parfois dures (Le combo Norvège-Nuit-Suzuki Escudo sans aides demande des corones), la jouabilité réglable selon le niveau de chacun et les graphismes très corrects pour un jeu de Course (légèrement plus beau que DiRT 2).

On note cependant un pass V.I.P douteux et des modes très accessoires en online, et une I.A parfois un peu trop dure en Rally. Mais ce n’est finalement que peu de choses face au reste du jeu, très plaisant en lui même. Et dont je reprends plaisir à jouer, de temps en temps.

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s